Fin des négociations indirectes israélo-syriennes sous l’égide de la Turquie


Le 12 août dernier, Danny Ayalon, le ministre adjoint des affaires étrangères a annoncé que les négociations indirectes avec la Syrie, menées sous l’égide de la Turquie, ne reprendront pas. «Nous avons le plus grand respect pour les effort turcs et nous les avons beaucoup apprécié, mais ça n’a pas marché», a déclaré ce responsable israélien, avant d’expliquer que les Turcs n’étaient pas la cause de cet échec qui est du, selon lui, à «l’intransigeance syrienne». En fait, comme nous le pressentions dans notre édition du 25 juillet 2009, le processus qui, l’année dernière, s’est traduit par l’organisation en Turquie de 4 sessions de pourparlers entre des experts israéliens et syriens, semble avoir finalement vécu. Mais, désormais, les discussions et les analyses vont bon train pour comprendre les raisons de la décision israélienne de ne pas le relancer.

En effet, bien qu’Israël ait cherché à dédouaner la Turquie de cet échec, de nombreux observateurs estiment qu’en réalité l’Etat hébreu ne veut plus d’Ankara comme médiateur, depuis l’incident de Davos qui, en janvier dernier, avait vu Recep Tayyip Erdoğan durement apostropher le président israélien, Shimon Peres. La fin de ce processus révèlerait en fait la dégradation qu’ont subie les relations turco-israéliennes depuis l’intervention de Gaza et l’esclandre de Davos. Pour Hüseyin Bağcı, professeur de relations internationales à l’Université Technique du Moyen-Orient, «il est normal qu’Israël soit réticent. La Turquie a perdu sa crédibilité de médiateur, après la prise de position trop partiale de son premier ministre sur les événements de Gaza».

D’autres opinions, en revanche, estiment qu’il ne faut pas voir un lien direct entre Davos et la fin de ces pourparlers menés sous les auspices de la Turquie. Elles insistent notamment sur les conséquences du changement de gouvernement en Israël et pensent que le gouvernement du Likoud de Benyamin Netanyahou, qui compte un certains nombres d’extrémistes, à commencer par le ministre des affaires étrangères, Advigdor Lieberman, voulait de toute façon mettre fin à ce processus. Il est vrai que Danny Ayalon a aussi expliqué que l’expérience de l’an passé avait montré qu’un processus de négociations indirectes ne marchait pas, avant d’en appeler à des contacts directs et de déclarer :

« Si les Syriens veulent vraiment la paix et non un processus de négociations qui leur permet de sortir de leur isolement international, s’ils sont réellement sérieux, ils viendront s’asseoir avec nous. »

En tout état de cause, ces hypothèses amènent aussi à se poser la question des orientations diplomatiques turques actuelles. Le rôle joué par la Turquie dans le processus israélo-syrien initié l’année dernière a, en effet, été souvent analysé comme l’illustration des audaces de la nouvelle politique étrangère turque. L’échec de ce processus serait-il le premier signe des limites d’une stratégie imaginée par l’actuel ministre des affaires étrangères, Ahmet Davutoğlu, qui prône «l’approfondissement stratégique» de son pays pour lui permettre de devenir une puissance régionale active, contribuant notamment au règlement des conflits qui perdurent dans sa proximité géographique ? Car, en un sens, cette affaire a bien montré la difficulté qu’avait la Turquie à concilier des impératifs contradictoires qui sont pourtant à la base de la position de grand facilitateur des conflits du Moyen-Orient qu’elle revendique désormais. Peut-on à la fois mener une coopération active avec Israël et dénoncer la répression à Gaza dans les termes les plus durs ? Peut-on à la fois se vanter d’avoir des relations diplomatiques anciennes Tel Aviv et vouloir gagner la confiance des capitales arabes ? Le défi paraissait pouvoir être relevé, il y a un an ; force est de constater aujourd’hui que les premiers succès n’ont pas résisté aux fortes tensions provoquées par les événements survenus ces derniers mois (intervention de Gaza, radicalisation du gouvernement israélien…).

Beaucoup de spécialistes turcs restent néanmoins confiants quant aux atouts dont dispose leur pays dans le contexte actuel. Pour Sedat Laçiner, directeur du think tank «International Strategic Research Organization – USAK», il ne faut pas tirer de conclusions excessives de l’échec du processus israélo-syrien et des conséquences que cela peut avoir pour le positionnement international de la Turquie. Celle-ci, selon lui, n’a eu qu’un rôle relatif dans cette affaire. Car poursuit-il,

«pourquoi en l’occurrence la Turquie a-t-elle joué un rôle de médiateur ? Parce que les responsables israéliens et syriens ne pouvaient pas se parler directement. Ils ne pouvaient même pas se serrer la main dans une même pièce !»

Ainsi la Turquie n’aurait rien perdu véritablement dans cette affaire, ce qui amène Sedat Laçiner à conclure :

« Si les Israéliens veulent parler directement avec les Syriens, qu’ils le fassent ! La Turquie n’est pas demandeuse de continuer à exercer cette fonction de médiateur à tout prix. »

Il est même possible que le gouvernement turc n’ait pas réellement souhaité la reprise d’un processus complexe de négociations indirectes avec un gouvernement Netanyahou beaucoup plus radical que le gouvernement Olmert, et qui transforme l’exercice de rapprochement israélo-syrien en mission impossible. En outre, au-delà des effets qu’a pu avoir Davos, on observe que les relations turco-syriennes ont été particulièrement actives, ces derniers mois, avec notamment une visite officielle de chacune des têtes de l’exécutif turc (nos éditions du 17 mai 2009 et du 25 juillet 2009). Alors que le nouveau gouvernement israélien est critiqué même par ses alliés traditionnels, la diplomatie turque a peut-être ainsi préféré prendre ses distances avec un partenaire encombrant et privilégier le développement de ses relations avec la Syrie, un pays qui peut être lui utile dans le règlement de la question kurde et la résolution du problème de l’eau, qui sont plus que jamais sur la sellette actuellement.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.