Ouverture de la frontière turco-arménienne l’année prochaine ?


L’Arménie et la Turquie sont parvenues, lundi 31 août, à un accord, qui devrait les conduire à établir des relations diplomatiques et à ouvrir leur frontière commune, fermée depuis 1993, consécutivement au conflit du Haut-Karabakh. Cet accord, obtenu grâce à une médiation suisse, prévoit notamment que, pendant une période de six semaines, les deux pays prendront respectivement les dispositions nécessaires afin de parvenir à la signature de deux protocoles, qui seront ratifiés par leurs parlements. Le ministre des affaires étrangères turc, Ahmed Davutoğlu, a annoncé que l’ouverture de la frontière pourrait alors intervenir dans les deux mois suivants, c’est-à-dire au début de l’année prochaine.

Après le voyage historique du président Gül, en Arménie, le 6 septembre 2008, pour assister au match de football Arménie-Turquie, comptant pour les éliminatoires de la prochaine Coupe du Monde , les deux pays étaient parvenus, le 23 avril 2009, à mettre au point une feuille de route, sensée les conduire à établir rapidement des relations diplomatiques. Mais, du fait des réticences politiques, qui s’étaient manifestées, tant en Turquie qu’en Arménie, et des difficultés rencontrées pour résoudre le conflit arméno-azéri du Haut-Karabakh, le processus semblait menacé d’enlisement. Le 28 juillet dernier, demandant à la diplomatie turque des «gestes concrets» pour que l’initiative puisse se poursuivre, le président arménien, Serge Sarkissian, avait ainsi fait savoir que, si la frontière arméno-turque n’était pas ouverte, il ne viendrait pas assister au match retour Arménie-Turquie auquel son homologue turc l’avait invité (cf. notre édition du 5 août 2009).

Ce ralentissement du processus de rapprochement turco-arménien n’aura pourtant été qu’une mauvaise passe. Après l’accord de lundi, il semble que la «diplomatie du football» va pouvoir se poursuivre, car on ne voit pas ce qui désormais pourrait empêcher le président Sarkissian de rendre la pareille au président Gül, en venant assister au match Turquie-Arménie, qui aura lieu le 14 octobre prochain.

L’accord entre l’Arménie et la Turquie du 31 août a été immédiatement salué par les pays et instances les plus concernés. Le département d’État américain, notamment s’est félicité de l’événement, en disant qu’il avait toujours pensé que l’établissement de relations entre les deux pays devait se faire «sans conditions préalables et dans un laps de temps raisonnable». La France qui, avec les Etats-Unis et la Russie, préside le «groupe de Minsk», chargé de rechercher une solution au conflit du Haut-Karabakh, a également fait connaître sa satisfaction par un communiqué de son président, qui a estimé qu’une normalisation des relations entre les deux pays constituerait «un événement historique» et contribuerait de surcroît «à la stabilité régionale». S’exprimant au nom de l’OSCE (Organisation de la Sécurité et de la Coopération en Europe), dont la Turquie et l’Arménie sont membres et dont son pays assure actuellement la présidence, la ministre grecque des affaires étrangères, Dora Bakoyannis, s’est réjouie aussi de la perspective de l’établissement de relations diplomatiques entre Ankara et Erevan. L’Union Européenne, par l’intermédiaire de Javier Solana, le Haut-représentant pour la PESC et de deux de ses commissaires (Benita Ferrero-Waldner et Olli Rehn), a également salué l’accord turco-arménien, en y voyant un pas important pour le renforcement de la sécurité dans le Caucase.

L’accord a été, en revanche, sévèrement critiqué par les partis d’opposition en Turquie, qui ont accusé le gouvernement de l’AKP d’avoir en l’occurrence déféré aux demandes américaines, sans rien obtenir en retour. Le MHP a estimé que cet accord satisfaisait en fait les désirs précédemment exprimés par le Chef de l’Etat arménien. «Il s’agit d’un tapis rouge destiné à accueillir le président Sarkissian», a déclaré notamment, Deniz Bölükbaşı, un député du parti nationaliste, par ailleurs ancien ambassadeur. Le CHP, par la voix d’Onur Öymen, l’un de ses vice-présidents (lui aussi ex-ambassadeur), a reproché au gouvernement son incohérence et sa faiblesse. Rappelant que Recep Tayyip Erdoğan avait déclaré qu’il n’y aurait pas d’ouverture de la frontière tant que la question du Haut-Karabakh ne serait pas réglée, Onur Öymen a demandé : «Est-ce que l’Arménie a officiellement annoncé qu’elle se retirait du Haut-Karabakh ?», avant de conclure que le gouvernement turc avait fait des concessions unilatérales qui risquaient de compromettre gravement les relations turco-azerbaïdjanaises.

La perspective de l’ouverture de la frontière turco-arménienne pourrait, toutefois, débloquer le règlement du conflit fossilisé du Haut-Karabakh. Une rencontre entre les présidents arménien et azéri est d’ailleurs prévue pour le mois de septembre prochain. Cette ouverture, souhaitée sur le terrain dans les zones frontalières, devrait avoir enfin des retombées économiques importantes, en permettant le désenclavement de l’Arménie et, côté turc, celui de la région de Kars.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.