Définir la contestation en Turquie : la fin de l’opposition islamiste-laïque ?

akmLe 28 mai dernier commençait une série de manifestations suite à la répression violente d’une protestation contre l’un des projets d’aménagement urbain du gouvernement conservateur AKP. Le cours des événements qui ont eu lieu jusqu’à présent a montré que la grille de lecture qui oppose islamistes et kémalistes-laïques ne possède désormais plus de valeur pratique ni explicative. C’est davantage autour des aspects autoritaires du gouvernement AKP, plutôt que de son caractère conservateur, que semblent se cristalliser les revendications.

Le projet contesté prévoyait de raser le parc Gezi adjacent à la place Taksim, au centre ville d’Istanbul, pour y reconstruire une ancienne caserne de l’époque ottomane, démolie en 1940. L’usage devant être fait de cette caserne n’étant pas décidé, diverses « opinions » sont apparues à ce sujet, tant de la part des manifestants que des membres du gouvernement – entre autres, un centre commercial, un hôtel, un musée. Très vite, ces manifestations ont pris une ampleur aussi considérable qu’imprévisible. Face à cet élargissement, afin de disperser les manifestants, pendant deux jours et nuits, la police a utilisé des canons à eau et des bombes de gaz lacrymogènes ; tentative de dispersion qui provoqua de nombreux blessés dont certains graves. Par contre, cette répression n’a fait qu’accroître le nombre de manifestants, qui au fur et à mesure ont pris une allure de « foule ». Le 1er juin, la police cède le parc Gezi et la place Taksim aux manifestants. Par ailleurs, dès les premiers jours les manifestations s’étaient déjà étendues à Ankara et Izmir, sous forme de rassemblement de soutien. Au total dans les 77 préfectures (sur 81) de la Turquie, se tiennent ce type de rassemblement/manifestation, et d’autant plus, la répression de la police y cause également non seulement des incidents violents, mais deux décès parmi les manifestants (et la mort d’un officier de police). Avec le retrait de la police de la place Taksim, les « foules » affluent quotidiennement (jour et nuit) sur la place ; ce qui donne l’image d’une occupation permanente. Après près de deux semaines de manifestation, le 10 juin, le Premier Ministre Erdoğan fait entendre dans un discours public qu’il est temps pour les manifestants d’évacuer la place. Mardi 11 juin la police intervient ; suite à des affrontements violents qui durent jour et nuit, dans un premier temps la place est vidée. Durant les quelques jours qui suivent, les affrontements continuent dans les environs de la place Taksim. Actuellement le parc et la place sont contrôlés par la police ; bien que les foules soient dispersées, le nombre de manifestants fortement réduit, des groupes continuent à se rassembler aux alentours de la place, ainsi que dans des quartiers proches de Taksim, notamment sous forme de « forum » dans le parc Abassağa à Beşiktaş.

Les manifestations sont toujours « en cours », ou autrement dit, n’ont pas « abouti », ni en termes de mobilisation, ni de « fins », ne serait-ce qu’une « suspension » du projet. Ainsi, il est donc probablement trop tôt pour en discuter les « résultats » ; d’ailleurs, une « explication » des évènements, nécessite une recherche détaillée. D’autant plus que le caractère spontané des manifestations, ainsi que l’allure de foule, fait que la « représentation » des manifestants, l’explicitation de leurs revendications, et plus généralement la définition de la contestation, sont assez complexes. Néanmoins, il est possible de souligner, à partir de simple observations, que certains calculs, décisions et actes des acteurs ont révélé l’« inefficacité » du cadre de perception traditionnel du clivage politique en Turquie ; islamistes vs kémalistes-laïques. Lors des premiers jours des manifestations, cet ancien cadre s’est imposé d’une part dans les discours des acteurs engagés, et de l’autre au sein d’une partie de l’« opinion publique » en Turquie, ainsi que dans la presse internationale. Selon ceux-ci, il s’agissait d’une protestation des kémalistes-laïques contre le gouvernement islamo-conservateur ; d’un conflit entre deux styles de vie, associés à deux groupes sociaux distincts, quasi-insoluble depuis l’instauration de la République moderne turque. Par contre, la « définition » de la contestation qui semble se former se fait sur la base des droits et libertés individuelles généralement associées avec les démocraties libérales. En effet lors des manifestations des hymnes de la « République » et drapeaux « kémalistes » (drapeau turc portant l’image d’Atatürk) sont apparus, sans pour autant capturer les foules ; rien de comparable aux « meetings de la République » ayant eu lieu en 2007 avant l’élection présidentielle dont est sorti victorieux Abdullah Gül, candidat de l’AKP.

Il faut noter qu’au cours de ses onze années au gouvernement, l’AKP a réalisé de multiples projets et travaux d’aménagement urbain ; il a notamment construit d’innombrables quartiers résidentiels de luxe, mais aussi des logements publics pour les classes populaires ; ces derniers sont cependant dans certains cas en partie liés a l’entreprise de gentrification des quartiers du centre-ville, et par ailleurs peuvent constituer un facteur de ségrégation sociale. Plus récemment ont eu lieu la modification de la loi d’aménagement des territoires forestiers et le lancement du projet du troisième pont sur le Bosphore, ainsi que d’un troisième aéroport à Istanbul. Cependant, jusqu’à présent le gouvernement n’avait eu à affronter qu’une très faible opposition, venant de la part de groupes écologistes et socialistes possédant un faible soutien populaire. C’est d’ailleurs pourquoi, face à l’élargissement imprévisible des manifestations, le premier ministre a tenté de caractériser les manifestations comme étant l’expression de l’intolérance des kémalistes-laïques envers le gouvernement islamiste, reproduisant ainsi l’opposition islamistes-laïques.

Cependant, ni le CHP, principal parti d’opposition avec lequel sont associés les kémalistes-laïques et que le Premier ministre a accusé à plusieurs reprises d’avoir provoqué et mobilisé les foules, ni le MHP, parti nationaliste également d’opposition et troisième force politique du pays, n’ont tenté de s’emparer de la mobilisation, de diriger les manifestations ou d’y imposer leur propre définition. Même si ceux-ci avaient eu initialement de telles « intentions », leurs calculs et anticipations de réussite, par rapport au déroulement des événements, ne les a pas conduit à s’imposer sur le devant de la scène. Alors que dans les premiers jours des manifestations, et plus précisément le 1er juin, le CHP appelait à un meeting à Kadıköy, ce dernier a par la suite a été annulé et transformé en une « marche » vers la place Taksim, qui s’est ensuite dissout dans la foule. Kemal Kılıçdaroğlu, le leader du CHP, a fait plusieurs apparitions devant la presse pour dénoncer la « violence » qu’exerce le gouvernement, ainsi que les pratiques jugées autoritaires de son parti. Par ailleurs, certains députés du CHP, non seulement à Istanbul mais également à Ankara, se sont engagés « individuellement » dans les manifestations. En ce qui concerne le MHP, son leader Devlet Bahçeli a annoncé dès les premiers jours que son parti ne prendrait pas part aux manifestations ; ce qui néanmoins ne l’empêche pas de dénoncer le gouvernement, et en particulier le premier ministre, comme « autoritaire ». En ce qui concerne le BDP, parti qui revendique la représentation de la population kurde, la situation s’avéra, dans un premier temps, assez délicate en raison de son engagement dans le processus de négociation de paix avec le PKK en cours et qui repose sur une coopération avec le gouvernement ; en outre, parce que l’un de ses députés, Sırrı Süreyya Önder (élu de la circonscription dans laquelle se trouve le parc Gezi à Taksim) s’était activement engagé dès le premier jour des protestations. En partie en raison du non-engagement des deux autres partis politiques d’opposition, le BDP est parvenu à s’approprier un discours critique face à la répression violente du gouvernement, mais sans participer aux manifestations en tant qu’organisation. Par ailleurs, l’engagement des syndicats n’a pas non plus conduit les manifestations vers une nouvelle direction. Les confédérations syndicales de gauche KESK et DISK, ont fait un appel à la grève générale, le 5 juin, qui a amplement contribué à l’intensification de la mobilisation. Néanmoins, cet engagement n’a pas conduit à caractériser la contestation par des éléments associés aux revendications de classe. Par ailleurs, un deuxième appel à la grève a eu lieu pour le 17 juin ; les foules étant alors dispersées, celle-ci resta assez faible mais et ne contribua pas à faire remonter la mobilisation.

D’autres éléments semblent par contre contribuer à la définition de la contestation, comme notamment la participation intensive des jeunes. Non seulement des spécialistes ont commencé à s’interroger sur les « revendications », les « valeurs », et les mécanismes de participation politique de cette génération, souvent qualifiée jusqu’à présent d’apolitique, mais l’ « avenir » de cette nouvelle génération a déjà pris place dans le débat politique.

D’ailleurs, les efforts d’Erdoğan de reproduire l’opposition traditionnelle ne semblent désormais plus correspondre ou suffire aux « réponses » qu’il donne aux « accusations » et à l’« explication » qu’il fait des évènements. Elle ne correspond pas aux « justifications » de ses actes et de ceux du gouvernement, devant son électorat, qu’il a dernièrement rassemblé le 16 juin à Istanbul dans le cadre d’une série de meetings. L’objectif même de ces meetings est une « réponse » aux manifestants, mais une réponse qui consiste à « montrer » son soutien populaire, c’est-à-dire à réfuter les « accusations » d’autoritarisme par le nombre de ses partisans et non pas par leurs croyances. Un dernier point : alors que la crainte selon l’expression de plusieurs manifestants de « devoir rendre des comptes quand tout sera terminé » semble avoir joué sur la poursuite des manifestations, le nombre élevé des manifestants mis en garde à vue les derniers jours, « justifie » cette crainte, et d’autant plus semble contribuer à la définition de la contestation par les droits et libertés individuels.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *