Séisme dans le fief Dersimi du CHP : Gandhi Kemal face aux siens

Gandhi KemalAprès le ralliement à l’AKP (Adalet ve Kalkımna Partisi, le parti au pouvoir) de l’ancien député CHP (Cumhuriyet Halk Partisi, le parti kémaliste), Sinan Yerlikaya, en janvier dernier, c’est au tour du maire d’Ovacik (province de Dersim, en kurde, Tunceli, en turc), Mustafa Sarıgül, de changer son fusil d’épaule. Déçu par la politique régionale sclérosée de Kemal Kılıcdaroğlu (le leader du CHP), Sarıgül a préféré rallier le BDP (Barış ve Demokrasi Partisi, Parti pour la paix et la démocratie, le parti kurde parlementaire) qui a, selon lui, une réelle vision d’ensemble des opportunités de règlement du problème kurde. Investi en présence du codirigeant du parti BDP, Selahattin Dermitaş, ainsi que de la maire de Tunceli, Edibe Şahin, Sarıgül a dénoncé une politique du CHP sans solution plausible, qui l’a contraint à revoir son engagement antérieur aux côtés des kémalistes. Le maire d’Ovacik a précisé qu’à l’heure actuelle, le BDP est à même de  proposer aux Kurdes une solution concrète sans demi-mesure. Il a expliqué également que le refus du CHP de rechercher un consensus clair autour du processus de paix engagé récemment par le gouvernement et le PKK (l’organisation rebelle d’Abdullah Öcalan), ainsi que l’immobilisme que le parti kémaliste manifeste dans le processus d’élaboration de la nouvelle constitution, ne lui permettent plus de remplir sa mission au sein du parti. Quant à Sinan Yerlikaya, il a déclaré que, du fait des vicissitudes auxquelles il est sans cesse confronté, le CHP ne peut aboutir à un futur viable. Il critique également  ses collègues dersimi appartenant à la formation de Kemal Kılıcdaroğlu, Hüseyin Aygün et Kamer Genç, pour leurs prises de position personnelles qui oublient l’intérêt collectif.

Ces démissions marquantes en cascade interviennent après une série d’événements qui ont débuté en novembre 2009, suite au discours très controversé de l’ancien député CHP Onur Öymen sur le massacre de 1938 (cf. Jean Marcou, OVIPOT 22 novembre 2009). L’attitude de l’ancien dirigeant du CHP de l’époque, Deniz Baykal, ainsi que celle de Kemal Kılıcdaroğlu, avaient été très mal accueillies par la population dersimi. Leur comportement équivoque à l’égard des propos d’Onur Öymen qui, rappelons-le, avait assimilé la répression de Dersim à la Guerre d’indépendance, aboutira à une démission en bloc de trois maires dersimi (ceux d’Ovacik, de Nazimiye et de Pulumur) et à celles d’une centaine d’adhérents.

Pourtant, l’arrivée inattendue à la tête du CHP de Kemal Kılıcdaroğlu en mai 2010 (cf. notre édition du 10 mai 2010), va totalement redistribuer les cartes. C’est la première fois, en effet, qu’un alévi, de surcroît originaire d’une province orientale, accède à un poste aussi important dans le parti. La double identité (kurde et alévie) de Kılıcdaroğlu emporte immédiatement l’adhésion d’une grande partie de l’électorat dersimi, qui pense que la voie est désormais libre pour que l’on puisse enfin déballer tous les tabous de l’histoire officielle, reconnaître le massacre de 1938, et promouvoir la langue et la culture dersimi. L’effet Kılıcdaroğlu a ainsi joué un rôle majeur lors les élections de 2011. L’engouement exceptionnel qu’insuffla alors Kılıcdaroglu est un fait à relever. Dans un article écrit pour ce Blog en 2009 sur les élections municipales à Dersim (cf. notre édition du 1er décembre 2009), j’avais rappelé que la politique régionale du CHP était un fiasco total. Baykal était critiqué de toute part, car il n’avait pas laissé entrevoir de possible solution au problème kurde.  Mais Kılıcdaroğlu, originaire de Dersim et alévi, paraissait en mesure de trouver les clés de la réussite et de combler les approches lacunaires de son prédécesseur.

Pour ces élections, Kılıcdaroğlu avait choisi de proposer la candidature d’Hüseyin Aygün, un avocat renommé, très proche des milieux d’extrême-gauche. Il allait ainsi profiter de l’aura d’Aygün pour reconquérir un électorat égaré et mécontent de la politique du BDP. Hüseyin Aygün succomba aux avances de Kılıcdaroğlu, car pour lui cela était une occasion exceptionnelle de plaider la cause dersimi à l’Assemblée nationale. L’autre candidat principal, Kamer Genç, figure incontournable de la région, allait appuyer de manière significative la vague Kılıcdaroğlu auprès des électeurs et sympathisants du CHP, ou ayant rompu avec la formation kémaliste antérieurement. De plus, les dissensions répétées entre le BDP et les groupuscules d’extrême-gauche allaient jouer en la faveur du CHP.

La victoire indiscutable du parti d’opposition dans la province de Dersim a confirmé l’ascendant pris par celui que les membres du CHP appellent « Gandhi Kemal ». Ces derniers n’ont cessé de répéter qu’il était «le messie envoyé pour secourir tous ses compatriotes du joug qui les oppresse.»  Mais depuis son accession au leadership, les divergences idéologiques entre les pro-Baykal et les pro-Kılıcdaroğlu allaient rendre la tâche extrêmement difficile. Ses tergiversations et son manque de charisme ont été la cible des détracteurs de « Gandhi Kemal ». En outre, les incontrôlables sorties d’Aygün,  ont divisé de plus en plus le parti, à tel point qu’une scission est aujourd’hui à l’ordre du jour.

Enfin plus généralement, la politique menée par Kılıcdaroğlu depuis 2011 s’est avérée très contestable. Ses propositions en vue d’un processus de paix au début de son mandat laissaient présager une transformation en profondeur au sein du parti sur la question kurde. Sa visite au Mausolée de Menderes (cf. notre édition du 18 septembre 2012) allait dans le même sens : faire face aux turpitudes du passé et  transcender l’héritage kémaliste… Mais comme d’habitude, les prises de position nationalistes ont repris le dessus chez le leader du CHP. En réalité, Kılıcdaroğlu est face à un dilemme de taille : soit accepter une résolution du problème kurde et s’opposer de force à l’aile conservatrice de son parti, soit rester sur les positions réactionnaires kémalistes, qui recoupent dans une certaine mesure la rhétorique de Devlet Bahçeli (le leader du parti nationaliste MHP). Il est vrai que le leader du CHP continue à jouir à l’heure actuelle de l’appui conséquent de la diaspora dersimi, ainsi que d’importantes organisations religieuses et associatives de la province kurde alévie. Toutefois, l’ambivalence des propos du leader du CHP suscite toujours bien des interrogations. Elle risque à terme de renforcer les divisions au sein du parti et surtout de provoquer le départ massif de ses élus vers d’autres horizons.  L’arrivée à la tête du CHP de « Gandhi Kemal » n’a donc pas eu l’effet escompté par les militants dersimi. Ses prises de position inexistantes sur la question kurde exaspèrent une importante fraction de l’électorat de sa région. Les démissions successives de Yerlikaya et de Sarıgül sont le reflet actuel des troubles internes du CHP, car les élus originaires de la région sont désemparés face à leur électorat. Ils ont bien du mal à convaincre leurs sympathisants de la sincérité de leur leader, si bien qu’il est à craindre qu’un vote-sanction ne frappe le CHP aux prochaines élections. La fragmentation du parti kémaliste à l’échelle régionale semble devenir de plus en plus une réalité probante.

Musa Çimen


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. anne dit :

    Bonjour

    Je partage bien sûr votre analyse sur le problème CHP. Mais je m’interroge quand-même sur ces revirements.

    Yerlikaya, après tout n’était pas élu, donc son ralliement – étonnant quand même – à l’AKP ne concerne que lui. Mais cela ne doit pas être très facile à vivre à Dersim où il est difficile de se noyer dans la foule et où l’AKP n’est pas franchement apprécié, c’est le moins qu’on puisse dire.

    Par contre le ralliement de Sarigül au BDP n’a pas du plaire à tous ses électeurs – on les comprendrait- même si une partie d’entre eux a du le soutenir dans cette démarche. Et à moins d’un an des municipales il répond peut-être à quelques calculs électoraux. Cela a du mettre de l’ambiance en tous cas dans le bourg d’Ovacik. Non?

  2. Bigbibi dit :

    Votre analyse met bien en lumière toutes les contradictions de ce parti prétendument « social-démocrate », mais qui se revendique encore et toujours d’une vision complètement dépassée de la Turquie, celle de 1923… Il faudrait qu’il abandonne une fois pour toute cette vision autoritaire et jacobine du pays, exclusive de toute idée de diversité, vision qui constitue un point commun avec les nationalistes extrémistes du MHP. Le fait d’avoir misé sur Kemal Kılıçdaroğlu pour la direction du parti était sûrement un acte d’audace, mais on voit bien les limites de cette ouverture du fait d’une idéologie profonde qui demeure totalement figée et donc anachronique.
    Le CHP, qui ose aujourd’hui critiquer l’autoritarisme de l’AKP, alors que pendant de nombreuses années il s’accommodait sans état d’âme de l’autoritarisme et de la violence de l’armée à un degré bien supérieur (sans doute du fait de ses « origines » militaires) doit, pour continuer à exister, faire son aggiornamento, car les idées communes qu’il aprtage avec le MHP finalement le marginalisent, au profit précisément de ce dernier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.