Remous entre la Géorgie et la Turquie


«L’approfondissement stratégique», une doctrine chère à Ahmet Davutoğlu, le ministre turc des affaires étrangères (qui théorise l’émergence de la Turquie en tant puissance régionale, en insistant notamment sur la nécessité qu’il y a pour elle à maintenir de bonnes relations avec ses voisins), a été mise à l’épreuve récemment par les tensions survenues entre Ankara et Tbilissi. Le 4 septembre dernier, en effet, le capitaine turc d’un pétrolier a été condamné à 24 ans de prison par la justice géorgienne, pour avoir tenté d’enfreindre l’embargo que la Géorgie impose à l’Abkhazie, une région géorgienne qui a fait sécession, en 1992, en proclamant son indépendance.

Pourtant, depuis qu’après la fin de l’Union Soviétique, en 1991, la Géorgie est elle-même devenue un État indépendant, la Turquie a entretenu avec elle d’excellentes relations et lancé une série d’initiatives de première importance, dont les plus saillantes sont l’oléoduc BTC (Bakou, Tbilissi, Ceyhan), le gazoduc BTE (Bakou, Tbilissi, Erzurum) et le projet de ligne de chemin de fer reliant la Turquie à l’Azerbaïdjan, via Tbilissi. On sait qu’au cours des deux dernières décennies, cette convergence diplomatique Ankara-Tbilissi, ajoutée à la relation privilégiée que la Turquie entretient avec l’Azerbaïdjan, a contribué à accroître l’isolement de l’Arménie.

Cette configuration géopolitique est néanmoins remise en cause, depuis que les Russes sont intervenus militairement l’année dernière en Ossétie du Sud et qu’ils ont reconnu officiellement celle-ci (comme d’ailleurs l’Abkhazie). La Turquie s’est alors retrouvée dans une situation délicate, prise entre, le désir de préserver sa relation avec la Géorgie et son statut de membre de l’OTAN, d’une part, et la nécessité de ne pas mécontenter son grand voisin russe qui est de très loin son premier fournisseur de gaz et surtout son premier client, d’autre part (cf. notre édition du 30 août 2008). S’engouffrant dans la brèche, les Russes avaient été particulièrement sourcilleux à l’époque, quant à l’application par les Turcs du traité de Montreux aux navires de leur allié américain, amenés à franchir les Dardanelles et le Bosphore pour porter assistance à Tbilissi (cf. notre édition du 25 août 2008). Pour autant, Ankara a confirmé son attachement à l’intégrité territoriale de la Géorgie, et n’a reconnu ni l’Ossétie du sud, ni l’Abkhazie.

Pour désamorcer durablement tout risque de nouvelle crise, la Turquie aussi proposé «une plateforme de stabilité et de coopération» pour le Caucase, qui a reçu l’aval de la Russie, de l’Arménie, de l’Azerbaïjan et de la Géorgie (sans déboucher toutefois pour l’instant sur des mesures vraiment concrètes). En outre, au même moment, avec la visite du président Abdullah Gül à Erevan, Ankara inaugurait de façon spectaculaire un processus de rapprochement avec l’Arménie.

Au cours de l’année écoulée, les relations russo-turques se sont améliorées, Abdullah Gül et Recep Tayyip Erdoğan se sont rendus en Russie tandis que Vladimir Poutine venait à son tour en Turquie. Surtout, Ankara a accepté, en août dernier, d’entrer dans le projet de gazoduc russo-italien «South Stream», qui apparaît comme le concurrent direct du projet européen « Nabucco » auquel les Turcs participent également (cf. notre édition du 11 août 2009). Parallèlement, la Turquie a progressé dans l’amélioration de ses rapports avec l’Arménie. Après avoir établi une feuille de route en avril dernier, les deux pays ont signé, le 31 août 2009, un accord qui devrait aboutir, d’ici la fin de l’année, à l’établissement de relations diplomatiques (cf nos éditions des 1er et 3 septembre 2009). Ce rapprochement turco-arménien est plutôt de nature à inquiéter Tbilissi. L’Arménie, qui dépend fortement de la Géorgie sur le plan économique, sans se joindre aux condamnations occidentales de l’intervention militaire russe d’août dernier, n’a certes pas reconnu l’Abkhazie et l’Ossétie du sud, mais elle entretient, depuis son indépendance, des relations étroites avec Moscou. Quoiqu’il en soit, on conçoit que la redistribution des cartes, provoquée dans le Caucase par l’intervention russe et l’esquisse d’un rapprochement turco-arménien, amène la Géorgie, qui craint à son tour un certain isolement, à s’interroger sur l’avenir de sa relation avec la Turquie.

Les remous provoqués entre Ankara et Tbilissi par l’incident maritime précédemment relaté auront, en un sens, au moins permis aux deux pays de faire le point sur les conséquences des évolutions survenues depuis un an. Lors de la visite qu’il a effectuée les 7 et 8 octobre 2009, en Géorgie, le ministre turc des affaires étrangères, Ahmet Davutoğlu (photo à gauche), qui a rencontré son homologue géorgien, Grigol Vashadze (photo à droite), s’est employé à restaurer la confiance mutuelle. Rappelant que la Turquie avait toujours soutenu la Géorgie depuis son indépendance, il a souligné qu’il ne pouvait pas y avoir de paix et de stabilité dans le Caucase, sans paix et stabilité en Géorgie. Le ministre a obtenu, par ailleurs, la libération sous caution du capitaine condamné la semaine dernière ainsi que celle de tous les membres de son équipage. Il a décidé de dépêcher en Abkhazie l’ambassadeur Ünal Ceviköz, l’un des responsables de la direction Caucase-Asie centrale de son ministère.

Dans un contexte où la Russie a menacé de recourir à une riposte militaire si l’embargo géorgien à l’encontre de l’Abkhazie se poursuivait, la Turquie a donc choisi de sortir par le haut des difficultés rencontrées ces derniers jours avec Tbilissi, en se posant en agent de stabilité et de coopération dans la région et en essayant de démontrer les vertus de sa nouvelle diplomatie.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.