« Occupy Gezi », obstacle pour la candidature d’Istanbul aux JO 2020 ?

istanbul_2020Le 20 juin dernier, la 17ème édition des Jeux méditerranéens, version miniature des Jeux olympiques organisée tous les quatre ans à l’échelle méditerranéenne, s’ouvrait à Mersin, au sud de la Turquie. L’occasion pour le premier ministre Recep Tayyip Erdoğan de rappeler au monde, et en particulier aux membres du CIO, qu’Istanbul, sous le feu des projecteurs depuis le 31 mai en raison du mouvement « Occupy Gezi », reste une candidate sérieuse pour l’organisation des JO de 2020.

À quatre jours de la publication officielle du rapport de la commission d’évaluation du CIO (25 juin), Recep Tayyip Erdoğan ne s’est pas privé d’annoncer, lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux méditerranéens, que celle-ci constituait une « répétition », et qu’en accueillant « la plus grande compétition sportive de la région méditerranéenne », la Turquie se préparait activement à devenir l’hôte des JO de 2020. Précision loin d’être inutile. Car les manifestations qui ont secoué Istanbul durant plus de deux semaines ont mis en difficulté la candidature stambouliote. Samedi 15 juin, à Lausanne, devant l’Association des Comités Nationaux Olympiques (ACNO), Uğur Erdener, président du Comité olympique turc, s’est ainsi trouvé dans l’obligation de rassurer tant bien que mal ses homologues, et de défendre la candidature de son pays, dont le principal argument était jusqu’à présent la sécurité et la stabilité politique et économique. Il a ainsi ouvert la présentation stambouliote par une dédramatisation du mouvement « Occupy Gezi », rappelant l’attachement de la Turquie à la démocratie, et déclarant que « le chemin d’une nation démocratique n’est pas toujours facile, mais que c’est un chemin juste. « À Istanbul, la voix du progrès sera tempérée par celle de la tolérance. L’engagement de notre démocratie laïque et sa responsabilité à gouverner en seront renforcées ». Surtout, à défaut de pouvoir développer le thème du « Pont vers l’harmonie » (slogan officiel du comité de candidature), la délégation turque a insisté sur le dynamisme et la jeunesse de sa population, mettant en avant des figures telles que Çağla Büyükakçay, jeune espoir du tennis turc, qui affirmait avec emphase que « Vous nous avez vu à la télévision mais ne vous méprenez pas ! Tout le monde veut avoir les Jeux ! ».

Mais cela suffira-t-il à convaincre les membres du CIO ? Car face à Tokyo, qui a réussi à dépasser le manque de soutien populaire à l’origine de l’échec de sa dernière candidature (pour 2016), ce que le CIO attend de la Turquie, c’est qu’elle lui prouve l’adhésion de sa population à un projet qui a d’abord été celui de Recep Tayyip Erdoğan. Ces Jeux constitueraient en effet une sorte d’apogée pour le leader de l’AKP (Adalet ve Kalkınma Partisi, le parti au pouvoir), dont la politique étrangère a toujours eu pour objectif de faire de la Turquie une puissance émergente sur la scène internationale, politiquement et économiquement, mais aussi culturellement. Après quatre rejets de la candidature turque, l’élection du dossier stambouliote par les Olympiens serait ainsi une véritable réussite pour le gouvernement. Or, les récents mouvements de contestation laissent penser que ce soutien populaire est loin d’être acquis, ce qui est le frein majeur à la candidature turque, comme en témoigne cette déclaration d’un membre du CIO, qui sous couvert d’anonymat affirme que « quand on voit le mécontentement des habitants pour la construction d’un centre commercial, alors on peut imaginer ce que pourraient être les protestations si Istanbul gagnait les Jeux, et ce qui se passerait lors du début des travaux ».

Néanmoins, le Comité olympique turc se refuse à croire que la course est terminée pour Istanbul. Hasan Arat, dirigeant du comité de candidature turc, a ainsi affirmé que selon lui, le processus de sélection de la ville-hôte s’apparentait à un « marathon » dans lequel le coureur peut « avoir des hauts et bas » sans pour autant être laissé pour compte, l’important étant que la Turquie reste et qu’elle puisse rester « un pays jeune et dynamique ». Et Uğur Erdener de conclure que les événements récents feront d’Istanbul « une ville-hôte encore meilleure en 2020 ».

Si le mouvement « Occupy Gezi » a donc bel et bien mis du plomb dans l’aile à unecandidature turque jusqu’alors favorite, son impact sur les membres du CIO reste incertain. Quoi qu’il en soit, la Turquie compte bien profiter des deux mois et demi qui lui restent avant l’annonce de la décision du CIO pour redorer son blason, ce qu’elle a déjà commencé à entreprendre à Mersin. Rendez-vous donc le 7 septembre prochain à Buenos Aires, lors du vote final du CIO, pour savoir si la Turquie parviendra à rompre la spirale de quatre échecs consécutifs dans sa candidature à l’organisation des JO.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. lefebvre Catherie dit :

    Bravo Justine
    Excellent article, bien écrit et bien documenté!
    Catherine Rieunier lefebvre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.