D’un printemps turc à un été kurde ?

printemps turc été kurdeHier un jeune homme de 18 ans a été tué et une dizaine de personnes blessées, lors d’une manifestation dans le sud-est de la Turquie. C’est le projet de construction d’une nouvelle gendarmerie à Kayacık, dans le district de Lice (Diyarbakır), qui est à l’origine des troubles qui ont conduit au drame. Ces derniers ont opposés 200 manifestants à des forces de sécurité qui ont fait usage de leurs armes pour des raisons qui restent encore à élucider. Le gouverneur de la province de Diyarbakır a lui-même reconnu l’opacité des faits et annoncé qu’une enquête avait été ouverte.  Toutefois, ce grave incident semble déjà susceptible de mettre le feu aux poudres.

Quelques heures plus tard, en effet, des militants du PKK ont enlevé un sous-officier de Gendarmerie sur la route reliant Bingöl à Diyarbakır, et ce samedi, des marches de deuil et de protestation ont eu lieu à l’appel des organisations kurdes, non seulement à Diyarbakır, mais également à Istanbul. Le co-président du BDP, Selahattin Demirtaş, a appelé le gouvernement à limoger le commandant de la Gendarmerie du district de Lice, en estimant qu’il était responsable d’un recours injustifiable à l’usage d’armes à feu. Toutefois, dans un tweet, le porte-parole de l’AKP, Hüseyin Çelik, mettant en garde «ses frères kurdes», n’a pas hésité à affirmer que les incidents de Lice étaient en réalité «une version kurde de Gezi Parkı», ourdie par des forces qui veulent porter atteinte au processus de paix en cours.

Cette affaire intervient au moment où, après la fronde de Gezi Parkı et ses suites, beaucoup d’observateurs s’interrogent sur la viabilité du processus engagé ces derniers mois par le gouvernement et le PKK pour essayer de résoudre la question kurde en Turquie. Les heurts de Lice sont sans aucun doute le plus grave incident survenus dans le sud-est du pays, depuis que, le 21 mars dernier, à l’occasion des fêtes de Newroz, Abdullah Öcalan a appelé à la paix et au cessez-le-feu. On se souvient que la première phase du «règlement» avait commencé le 8 mai dernier, avec le départ des troupes du PKK vers leurs bases-arrière en Irak du nord. Par la suite, les provinces kurdes de Turquie sont restées relativement en retrait, lorsqu’à Istanbul, la contestation a éclaté. Pourtant, depuis que celle-ci s’est atténuée ou plus exactement muée en actions civiques de protestation, de nombreuses personnes doutent de la poursuite du règlement de la question kurde et certains responsables pressent le gouvernement d’agir.

Au cours des 15 derniers jours, plusieurs incidents inquiétants sont intervenus dans le sud-est. Le 21 juin dernier, un hélicoptère de l’armée turque a essuyé des tirs du PKK. Par ailleurs, lors des meetings qu’il a lancés pour essayer de reprendre l’initiative après l’évacuation de Taksim, le premier ministre n’a cessé de faire état du «grand complot», accusant les manifestants d’être en réalité des «saboteurs» du processus engagé pour résoudre la question kurde. Plus récemment, il a estimé que seule une minorité des militants du PKK avait quitté le territoire turc, en se montrant ainsi plutôt pessimiste sur l’issue des opérations. Le récent tweet d’Hüseyin Çelik semble relever de la même posture…

Côté kurde, l’impatience est de plus en plus perceptible. Le chef de la branche militaire du PKK, Murat Karayılan s’est inquiété des reconnaissances effectuées, ces derniers temps, par l’aviation turque au-dessus des montagnes de Qandil où ses troupes se trouvent stationnées, et il a prévenu que ses hommes étaient prêts à reprendre la lutte armée, si besoin était. Selahattin Dermirtaş, pour sa part, a demandé au gouvernement d’engager sans plus tarder la seconde phase du processus de paix, celle où l’on doit s’attacher à résoudre sur le fond les problèmes qui se posent.

Le gouvernement n’a cependant toujours pas fait connaître ses intentions ultimes, et en tout état de cause, il n’a pas pris d’initiative afin d’accréditer l’idée d’une reprise du processus de paix. Nommé dans le cadre de celui-ci par le premier ministre, le groupe des sages, qui a visité l’ensemble des départements turcs, a rendu récemment un rapport en faisant savoir que la balle était désormais dans le camp du gouvernement. Le vide qui perdure est donc dangereux. La Turquie sort de trois semaines de manifestations qui l’ont fortement ébranlée. Alors même que la contestation se poursuit, la reprise des affrontements en zone kurde, voire le développement d’un mouvement global de protestation comparable à celui de Gezi Parkı, pourrait ajouter un «été kurde» au récent «printemps turc», et avoir des conséquences totalement imprévisibles, si les deux mouvements parvenaient à faire leur jonction.

Or, aujourd’hui sur Istiklal Caddesi à Istanbul, les syndicats de la fonction publique ont défilé avec le BDP, et ce soir, à Taksim, des manifestants protestent tant contre la libération d’un policier suspecté d’être à l’origine de la mort de l’une des victimes du  «printemps turc» que contre les violences de Lice…

JM

Retrouvez l’émission « Géopolitique » de Marie-France Chatin sur Radio France Internationale (RFI), consacrée à la situation en Egypte, un an après l’élection de Mohamed Morsi, à la présidence de la République :  avec Alain Gresh, Hicham Mourad et Jean Marcou : ‘L’an 1 de la présidence de Mohamed Morsi »


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *