Les inondations dramatiques d’Istanbul ravivent les polémiques entre majorité et opposition


Des inondations subites et spectaculaires ont frappé, le 9 septembre 2009, la banlieue ouest d’Istanbul, en particulier très durement les municipalités de Silivri, Selimpaşa, Çatalca et Ikitelli, ainsi que la province voisine de Tekirdağ, faisant plus d’une trentaine de victimes. Plusieurs drames ont notamment ému l’opinion. Celui de cette dizaine de conducteurs (principalement des chauffeurs routiers) qui ont été surpris dans leur sommeil alors qu’ils faisaient une halte sur une aire d’autoroute, aux abords d’Ikitelli, pour récupérer. Celui de ces 7 ouvrières, qui sont mortes noyées dans le minibus de service de leur entreprise, entre autres, parce que ce véhicule, un fourgon, ne comportait aucune fenêtre.

Cette catastrophe, qui endeuille Istanbul en pleine période de Ramadan, résulte d’abord de l’intensité des précipitations, qui se sont abattues sur la métropole turque, mardi et mercredi derniers. En 48 heures, il est tombé, selon les spécialistes, une quantité d’eau équivalente au tiers de la pluviométrie annuelle, les précipitations consistant en de violents orages inégalement répartis sur l’agglomération, alors même qu’Istanbul est plutôt habituée, notamment en période hivernale, à des pluies fines et à du crachin. Le ministre de l’environnement, Veysel Eroğlu, qui s’est rendu dans les zones sinistrées, a déclaré qu’il s’agissait des inondations les plus graves vécues par la métropole depuis 80 ans.

Pourtant, passé le premier choc, l’ampleur des dommages et surtout le nombre des victimes (qui sera sans doute supérieur car une dizaine de personnes, portées disparues, n’ont toujours pas été retrouvées) n’a pas tardé à susciter la dénonciation par les médias de l’urbanisation anarchique d’Istanbul et de la lenteur des secours, la protection civile n’ayant manifestement pas anticipé les événements. Le ministre de l’environnement a reconnu que des erreurs majeures d’aménagement avaient été commises, pointant du doigt, en particulier, les constructions réalisées dans les lits de rivières. Des urbanistes ont estimé que ce qui était arrivé à Istanbul, le 9 septembre, était l’illustration même des errements auxquels peut conduire le bétonnage escessif des grandes métropoles contemporaines, qui ignore le relief naturel, notamment les lits des torrents et des rivières permettant l’écoulement des eaux en cas d’accélération des précipitations, et qui multiplie les autoroutes, les ouvrages routiers et plus généralement les multiples emprises gênant l’absorption des pluies par le sol. Les statistiques montrent que depuis 40 ans, ces phénomènes ont accru, de façon spectaculaire, l’ampleur des pertes matérielles et humaines causées par les inondations dans le monde.

Intervenant dans un contexte politique dense (élaboration d’un plan d’ouverture par le gouvernement pour règler la question kurde, signature d’un accord entre la Turquie et l’Arménie pour normaliser leurs relations), cette catastrophe n’a pas tardé non plus à relancer les polémiques en cours entre les partis d’opposition et le gouvernement. Le leader du CHP, Deniz Baykal, qui s’est rendu, le 10 septembre, dans les municipalités les plus meurtries, a mis directement en cause le gouvernement et la municipalité métropolitaine AKP d’Istanbul, en déclarant que l’ampleur des dommages provenait des carrences de la planification urbaine et de la gestion municipale. Rappelant qu’on estimait que 24 000 immeubles étaient construits dans des zones à risques, il a jugé également que les aides d’urgence débloquées par le gouvernement pour venir en aide au zones dévastées (2 millions de Dollars) étaient très insuffisantes. Kemal Kılıçdaroğlu, qui, à la tête d’une liste du parti kémaliste, avait mis en difficulté le maire actuel d’Istanbul, Kadir Topbaş, lors des élections de mars dernier, en obtenant plus de 36% des voix, s’en est pris de son côté à son ex-rival, en estimant que celui-ci devrait admettre aujourd’hui ses responsabilités, et en demandant implicitement sa démission.

L’opposition trouve en l’occurrence une sérieuse occasion d’écorner l’image du parti au pouvoir, puisque c’est à Istanbul que la génération qui devait plus tard fonder celui-ci et le conduire à la victoire, en 2002, a commencé à se faire connaître en politique. L’actuel premier ministre, Recep Tayyip Erdoğan, est en effet devenu une figure nationale en enlevant la mairie d’Istanbul en 1994, à la tête d’une liste du parti islamiste Refah. Par la suite, les innovations dans la gestion municipale et les transformation de la métropole stambouliote ont souvent été mises en exergue pour illustrer les capacités de gestionnaires des islamistes et de leurs héritiers post-islamistes de l’AKP. Recep Tayyip Erdoğan, qui a rencontré le maire d’Istanbul et qui s’est rendu à Ikitelli, a d’ailleurs réagi en personne avertie aux récentes inondations, en rappelant que lorsqu’il était à la tête de la ville, au milieu des années 90, il avait proposé un programme pour restaurer les lits des rivières, mais que son action avait été systématiquement entravée, les intérêts financiers, qui étaient en jeu notamment, étant trop importants et trop influents. Il a cependant annoncé que son gouvernement prendrait prochainement des mesures pour que le lit des rivières soit systématiquement reconstruit.

Pour l’heure, Istanbul n’est pas au bout de ses peines, puisque la météo annonce de nouveaux orages à partir de vendredi soir. Les autorités sont, cette fois, en état alerte et ont demandé aux habitants de rester chez eux pendant le week-end. À bon entendeur, salut !
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.