Requiem festif pour Sulukule

Istanbul change. Cette idée revient souvent lorsqu’il est question de l’ancienne Constantinople. « Istanbul s’est véritablement métamorphosée au cours de la dernière décennie » vous diront les vieux stambouliotes. « Istanbul va considérablement changer dans les quelques années à venir » préfèrent souligner (tel un leitmotiv) les hommes d’affaires, les journalistes de revues à lectorat étranger, et surtout les autorités municipales. Alors que la ville se prépare à être la capitale européenne de la culture en 2010, ces autorités, sous l’impulsion de l’actuel maire architecte Kadir Topbas, ont mis en place un projet dit de rénovation urbaine qui vise à modifier de façon substantielle l’actuel paysage stambouliote afin d’en faire celui d’une ville moderne et digne de ses ambitions européennes. Le modèle de Levent où les minarets ont été remplacés par des gratte-ciels, symboles de l’émergence d’un nouveau culte, celui des affaires et du profit, devrait ainsi gagner du terrain dans la ville aux milles mosquées. Mais lorsque l’on sait qu’à Istanbul, chaque quartier a sa propre atmosphère, ses propres règles de vie, voire sa propre culture, on se doute que ce changement ne se fera pas sans altérer les particularismes des quartiers visés par le projet.

Sulukule, connu comme le quartier gitan d’Istanbul, est l’un d’entre eux. Alors que, dans le cadre du projet de rénovation urbaine, la mairie de Fatih entend démolir 463 « gecekondu » (mot qui veut dire « construit la nuit » en turc et désigne les quartiers informels) et les remplacer par des habitations « de style ottoman », une résistance des plus originales s’organise au coeur de Sulukule. À l’initiative de l’Association de développement et de soutien à la culture Rom, un festival de 40 jours et 40 nuits a été organisé pour promouvoir la cause du quartier menacé (pour en savoir plus : http://40gun40gece-sulukule.blogspot.com/). Au programme, divers ateliers : clarinette ou violon, instruments dans lesquels excellent les gitans, pièces de théâtre, ou encore peinture des façades pour montrer aux autorités que leurs habitations ne sont pas encore bonnes à être détruites. Ici, d’ailleurs, pas question de parler de « gecekondu ». « Nous, nous les appelons « habitations qui nous appartiennent à titre personnel » corrige l’un des organisateurs du festival. Bien que les tensions soient perceptibles au sein du quartier de Sulukule, les habitants ont préféré les notes de musiques aux cris de protestations, les danses aux affrontements, et la reconstruction au fatalisme. Le but est de mettre en avant leur culture et sa contribution à la spécificité d’Istanbul et de souligner leur appartenance à cette ville depuis des générations. « Mon père est né à Sulukule, le père de mon père est né à Sulukule, je suis né à Sulukule, mes enfants sont nés à Sulukule, mes petits enfants sont nés à Sulukule […] Sulukule appartient à Istanbul » peut-on lire sur un panneau apposé dans la cour de l’Association. Le message semble être que les gitans de Sulukule ont certes une culture propre, mais sont avant tout des stambouliotes. La liesse que provoque l’apparition d’un drapeau turc en plein concert de violon est d’ailleurs révélatrice de la compatibilité de ces diverses allégeances identitaires.

Alors que dans les rues les journalistes ou simples photographes amateurs ne sont pas les bienvenus (« parce que la presse a écrit beaucoup de mauvaises choses sur le quartier », explique un responsable), les cameras et appareils photos sont légions dans l’enceinte de l’association de quartier. Tout est conçu comme une représentation pour les visiteurs extérieurs. Même les enfants (tout endimanchés) sont invités par leurs parents à poser pour les visiteurs. Sulukule a, semble t-il, fait le pari d’une gigantesque campagne d’image pour attirer le plus de sympathies possibles pour sa cause, en faisant, instruments en main, résonner peut-être une dernière fois sa voix dans une Istanbul qui commence à l’oublier.

Car Sulukule était jadis un des quartiers qui constituaient l’âme d’Istanbul. Autrefois connu pour sa musique, ses diseuses de bonne aventure, ses montreurs d’ours et pour ses tavernes réputées pour leurs danses du ventre accompagnées d’alcool et de mélodies gitanes où venaient s’encanailler nombre de stambouliotes, Sulukule a longtemps animé les nuits de la cité. En 1991, cependant, les autorités municipales conservatrices décidèrent de fermer ces tavernes assez peu conformes à la morale, privant, par la même occasion, les résidents de leur principal moyen de subsistance. Depuis lors, la situation économique du quartier ne cesse de se dégrader et les habitants ont du mal, ne serait-ce qu’à payer leurs factures d’électricité. Dès lors, les solidarités de quartiers sont le principal moyen de continuer à vivre ici.

Or le projet du maire de Fatih, Mustafa Demir, prévoit le relogement des familles dont les maisons seront détruites dans des logements flambant neufs construits par l’Administration pour le développement du logement de la Turquie, et non le relogement dans les maisons qui seront construites à Sulukule dans le cadre du projet. Il y a là un bouleversement considérable dans la vie des habitants. Outre organiser leur départ d’un quartier qu’ils occupent (clament-ils souvent avec force) depuis des générations, nombre de questions d’ordre pratique se posent et les craintes quant à l’avenir sont grandes. Le relogement, tout d’abord, n’est pas gratuit. Les maisons détruites seront rachetées à leurs propriétaires, mais ces derniers devront rembourser la différence de valeur entre leur ancien et leur nouveau logement, sur une période de 15 ans. Par ailleurs, les loyers des habitations de l’Administration, qui devraient être de 500 a 800 lires turques (soit entre 250 et 400 euros environs), atteignent un niveau presque dix fois supérieur à ceux qu’ils payaient jusqu’alors et qui se situaient approximativement entre 50 et 100 lires turques (entre 25 et 50 euros). Quant à l’entraide entre habitants, il y a fort à parier qu’elle n’existera plus dans les quartiers où seront implantés les nouveaux logements.

Mais l’aspect du projet qui soulève une véritable fronde est, en réalité, la question du déplacement des habitants de Sulukule, que ces derniers perçoivent comme une « migration forcée » et dissimulée de la population Rom. Nombre d’entre eux considèrent , en effet, que derrière le projet de rénovation du quartier se cache en fait une intention de déplacer les gitans de Sulukule vers des zones plus excentrées ; ce que les autorités municipales démentent formellement. Le maire d’Istanbul affirme notamment qu’il ne s’agit pas d’un « transfert complet de Sulukule vers un autre endroit ». En fait, il explique que, « comme la zone se situant dans l’enceinte de la ville est une zone protégée, la densité de la population doit être conforme à un quota fixé par la loi ». Si la population dépasse ce nombre, alors il faudra la réduire quelque peu. Mais, selon lui, seuls ceux qui le souhaitent quitteront le quartier de Sulukule. Pourtant le soupçon qui pèse sur la mairie d’Istanbul de vouloir déplacer des populations, que l’Union européenne qualifierait de « minorités », est alimenté par une situation similaire dans le quartier d’Ayazma. Dans un article du « Monde », paru dans l’édition du 23 mars 2007, Guillaume Perrier relatait cette affaire, en bien des points similaire à celle de Sulukule, mais se déroulant dans un quartier à population cette fois-ci majoritairement kurde.
À la différence des habitants de Sulukule, ceux d’Ayazma auraient réagi toutefois plu
s violemment, par des pneus brûlés et des inscriptions sur les murs, voire par des manifestations de soutien au PKK. À Sulukule, en revanche, l’opposition au projet se veut constructive. L’Association de développement et de soutien à la culture Rom soutient l’idée d’un projet alternatif qui prendrait en compte et valoriserait les spécificités du quartier et de sa population. Il s’agirait de promouvoir les particularismes de Sulukule, telle sa musique, en mettant à disposition des infrastructures permettant leur développement, et de prendre en compte les potentialités du quartier en terme touristique.
Alors qu’il faut se garder de toute conclusion hâtive dans un contexte où le moindre événement en Turquie est source de débats et de polémiques en Europe, il est difficile de savoir si le projet de rénovation urbaine a seulement de malencontreuses retombées sur des populations minoritaires qui habitent bien souvent dans des « gecekondu » ou s’il dissimule en fait une volonté d’éloigner ces populations vers la périphérie de la ville. Une chose est sûre cependant, Istanbul va bel et bien changer.
Philippe Maurel


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Gudli dit :

    J’aimerais savoir où en est la situation à Sulukule.Quels ont été les effets de la mobilisation des habitants du Quartier?

  1. 21 juillet 2011

    […] des plus actives. La résistance populaire s’est même traduite par l’organisation d’un festival de soutien à la culture Rom. Des projets alternatifs de rénovation du quartier avaient été présentés en […]

Répondre à Gudli Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.