Les élections fédérales en Allemagne et la candidature turque à l’UE


Les élections fédérales, qui auront lieu en Allemagne dimanche prochain (27 septembre 2009), constituent un enjeu important pour la candidature turque à l’Union européenne (UE). Si l’Allemagne, souvent considérée avec la France comme le «moteur de l’Europe», porte au pouvoir, elle aussi, un gouvernement plutôt hostile à la candidature de la Turquie, les chances d’adhésion rapide de celle-ci risque fort de s’en ressentir.

Pendant les quatre dernières années, l’Allemagne n’a pas eu une position très claire vis-à-vis la candidature turque, car le gouvernement en place était soutenue par ce que l’on appelle «la Grande coalition», c’est-à-dire par une alliance des partis chrétien-démocrates (CDU/CSU) et du parti social-démocrate (SPD), qui sont traditionnellement les deux principales forces politiques du pays. Or, tandis que les chrétiens-démocrates sont plutôt contre une adhésion de la Turquie à l’Europe, les socio-démocrates en revanche y sont favorables. Le «Koalitionsvertrag» («traité de coalition») signé par ces deux partis, en 2005, reflète cette synthèse de deux positions opposées. En effet, d’une part (exprimant en cela la position social-démocrate), ce document souligne l’intérêt vif de l’Allemagne à maintenir un lien étroit entre la Turquie et l’UE et fait de l’adhésion de celle-ci à l’UE le but ultime de cette relation forte. D’autre part (renvoyant cette fois à la position chrétienne-démocrate), le «Koalitionsvertrag» affirme que les négociations avec l’UE, commencées en 2005, sont «un processus dont l’issue est ouverte, l’adhésion n’étant ni automatique, ni certaine», et précise qu’en cas d’échec des négations, les négociations déboucheront sur une sorte de «partenariat privilégié» entre l’UE et la Turquie. Cette synthèse contradictoire montre bien pourquoi,au cours de la législature écoulée, il ne fallait pas attendre beaucoup d’initiatives de l’Allemagne par rapport à la question de la candidature turque.

Tout peut changer dimanche si les résultats des élections fédérales mettent un terme à la «Grande coalition» et remettent en cause les équilibres politiques actuels. Les cas de figure possibles sont les suivants. Ou bien, les Chrétiens-démocrates et le parti libéral (FDP), remportent ensemble une majorité absolue des sièges au Bundestag, et forment une coalition dite «bürgerlich» (c’est-à-dire « bourgeoise », le terme ici employé n’a pas de connotation péjorative). Ou bien le camp de gauche, qui comprend le SPD, les Verts et la «Linke» («la Gauche», le parti qui se situe à la gauche du SPD), obtiennent la majorité des sièges, comme cela s’était déjà produit, il y a quatre ans. Dans ce cas, deux solutions seront alors envisagées : soit la continuation de la «Grande coalition» (si le SPD continue de refuser l’alliance avec la «Linke»), soit une coalition mixte. Les formes que pourrait prendre cette coalition mixte, suggérées par les sondages, pourraient être : (1) la «coalition du camp gauche» entre le SPD, les Verts et la Gauche («Die Linke»), (2) la «coalition feux de signalisation (rouge, jaune, vert)» entre le SPD, le FDP et les Verts, et enfin (3) la «coalition dite jamaïquaine» entre la CDU/CSU, le FDP et les Verts. Trois jours avant les élections fédérales, la réédition d’une coalition rouge-verte sans l’appui de la «Linke» ou du FDP semble, en effet, impossible.

Si la «Grande coalition» actuelle s’achève, ce sera aux petits partis charnières de décider si l’Allemagne prend ou non une position plus positive à l’égard de la candidature turque, et cela pour deux raisons. D’abord, en Allemagne, dans une coalition gouvernementale, c’est traditionnellement le partenaire junior qui fournit le ministre des affaires étrangères. Ainsi, l’influence du partenaire junior est en général plus forte en matière de politique étrangère. Ensuite, même si les partis charnières ne peuvent pousser leur partenaire à adopter une position prononcée qui serait contraire à ses vœux, il semble probable que, s’ils le souhaitent, ils parviendront à l’amener à modérer cette position. Le compromis attentiste qui caractérise la position allemande vis-à-vis de la candidature turque depuis longtemps pourrait ainsi se prolonger, même si le parti du chancelier («Bundeskanzler») a des idées moins favorables sur la question. Curieusement, à l’exception des Verts (favorables), les autres petits partis n’ont pas, ou pas encore, de positions claires à l’égard de la candidature turque. On comprend donc pourquoi la future position allemande peut largement dépendre de l’attitude qui sera celle des petits partis.

Au sein des petits partis, ce sont les Verts qui ont la position la plus claire vis-à-vis de la candidature turque. Leur programme affirme que «le cheminement de la Turquie vers l’Europe est une contribution à la stabilité et à le paix dans la région ainsi qu’à la démocratisation de la Turquie». Les deux leaders du parti, Claudia Roth et Cem Özdemir, sont donc des défenseurs déclarés d’une adhésion turque et en font une priorité de leurs agendas politiques personnels. Cem Özdemir (photo), le «Souabe Anatolien» (le co-leader vert allemand est né en Souabe, une région du Land allemand de Bade-Wurtemberg), provient d’ailleurs d’une famille d’immigrés turcs. Ce positionnement clair du parti vert lui a récemment permis de gagner un électorat important d’origine turque, qui auparavant votait traditionnellement pour le SPD. Il semble très improbable que l’Allemagne, sous un gouvernement à participation verte, se positionne contre l’adhésion de la Turquie, même au cas où les Verts seraient partenaire junior d’une «coalition jamaïquaine» dont le FDP fournirait le ministre des affaires étrangères. Le même constat vaut pour une «coalition du camp de gauche» ou une «coalition feux de signalisation».

Pour les libéraux du FDP, la question turque n’est pas une priorité politique. En fait, dans son discours à la DGAP (Deutsche Gesellschaft für Auswärtige Politik – Société allemande de la politique étrangère), le 4 mai 2009, le leader du FDP, Guido Westerwelle, ne l’a même pas mentionnée. Cela est plutôt révélateur, car un discours devant ce think tank proche du ministère des affaires étrangères est traditionnellement considéré comme une sorte d’acte de candidature à la fonction de ministre d’affaires étrangères. Normalement, on y inclut toutes les priorités de son agenda de politique étrangère. Le candidat vert à la fonction de ministre des affaires étrangères, Jürgen Trittin, a pour sa part consacré tout un chapitre à la Turquie et à la politique d’élargissement de l’Europe, lors de son discours devant la DGAP, le 30 mai 2009. Ceci dit, le FDP a émis une opinion plutôt négative vis-à-vis de l’adhésion de la Turquie, tout en soulignant qu’il s’agit d’une question qui ne se pose pas dans l’immédiat. Dans son programme pour les élections 2009, le FDP affirme que pour le moment, ni l’Europe, ni la Turquie ne sont prêtes pour l’adhésion : «La question de l’adhésion de la Turquie à l’Europe ne se pose pas encore dans les années à venir». La question cruciale par rapport au positionnement du FDP est de savoir s’il permettra à un partenaire de coalition hostile à l’adhésion, comme le CDU/CSU, de s’aligner sur une position comparable hostile comparable à celle de Nicolas Sarkozy. Car, pour le moment, on n’a pas l’impression que les Libéraux sont prêts à monter au créneau pour soutenir la candidature d’Ankara.

Le cas le plus compliqué et le plus intéressant est celui de la «Linke». Traditionnellement, les partis de gauche en Allemagne soutiennent l’entrée de la Turquie et plus généralement l’élargissement de l’UE. Mais on a souvent reproché à la «Linke», et notamment à son chef Oskar Lafontaine, d’exploiter les préjugés xénophobes et anti-européens, en se montrant réticents à la candidature turque. En mai dernier, suite au rejet du traité de Lisbonne par la «Linke», sa responsable politique européenne la plus en vue (au demeurant vice-présidente du Parlement européen), Yvonne Kaufmann, a quitté cette formation car elle a estimé que cette dernière avait perdu son profil pro-européen. Dans le programme électoral de la «Linke», ni la Turquie, ni même la politique d’élargissement en général ne sont mentionnées. Curieusement, des sondages (Eurobaromètre 2005) montrent que les deux groupes principaux qui forment les gros bataillons de l’électorat de la «Linke», les Allemands de l’Est et les ouvriers ou chômeurs, ne sont pas plus hostiles à l’adhésion turque que le reste des Allemands moyens et que, par conséquent, la «Linke» a peu de bénéfices électoraux à attendre d’un positionnement contre l’adhésion turque. En tout cas, il faudra probablement attendre pour voir cette formation clarifier sa position vis-à-vis de l’adhésion turque à l’UE et vis-à-vis de l’avenir de l’Europe en général. La «Linke» se laissera-t-elle aller à prôner, dans une posture très populiste, le rejet de tout nouvel élargissement européen ; ou bien se montrera-t-elle plus ouverte, ce qui serait plus dans la tradition d’un parti de gauche allemand.

L’actuelle campagne électorale en Allemagne a souvent été qualifiée d’ennuyeuse et, en fait, on ne peut guère considérer que les élections fédérales de 2009 soient ce qu’on appelle en allemand une «Richtungswahl», c’est-à-dire une élection cruciale. Mais, en ce qui concerne la position allemande par rapport à l’adhésion de la Turquie à l’UE, les fédérales de 2009 peuvent tout à fait revendiquer ce qualificatif, et ceci pour trois raisons. En premier lieu, ces élections peuvent potentiellement faire accéder un gouvernement au pouvoir qui rejoindrait la France dans une alliance du non, ce qui aurait des incidences directes sur les progrès de la Turquie vers l’adhésion. En deuxième lieu, et à plus long terme, les partis charnières se trouvent dans une situation où ils seront obligés de préciser leurs positions vis-à-vis de la question turque. Le FDP notamment devra probablement décider s’il maintient ou non son «on verra» dans une coalition avec une CDU/CSU qui, peut-être, insistera pour que le «non» devienne la position du gouvernement allemand. Dans le cas où la «Linke» se retrouverait dans la perspective d’accéder au pouvoir, elle sera obligée également de prendre parti à l’égard de la Turquie, car le sujet sera d’actualité au cours de la prochaine législature. En dernier lieu, si les élections fédérales débouchent sur une coalition à trois, quelle qu’elle soit («coalition de gauche», «coalition feux de signalisation» ou «coalition jamaïquaine»), les partis concernés devront apprendre à faire une politique étrangère à trois. Jusqu’à maintenant, les partenaires d’une coalition bipartite trouvaient un équilibre, en accordant le ministère des affaires étrangères au partenaire mineur et la chancellerie au partenaire majeur. Dans une coalition à trois, un autre aménagement d’influence sur la politique étrangère devra être trouvé. Car, il faut bien voir que dans un tel scénario, le nombre des joueurs pouvant exercer un véto en matière de politique étrangère allemande augmente. Il est probable que si une coalition à trois sort des urnes, le prolongement du compromis attentiste à l’égard de l’adhésion de la Turquie n’a de chances de survivre que dans le cas de la «coalition jamaïcaine».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.