Lancer de chaussure contre Dominique Strauss-Kahn à Istanbul


Le directeur général du FMI, Dominique Strauss-Kahn, a été la cible d’un lancer de chaussure, alors même qu’il donnait une conférence à l’Université de Bilgi, à Istanbul, le jeudi 1er octobre 2009, en fin de matinée.

L’objet projeté par un étudiant extérieur à l’Université, n’a néanmoins pas atteint Dominique Strauss Kahn, mais l’incident a été suivi par un début de manifestation dans l’assistance au sein de laquelle plusieurs militants du TKP (Türk Komünist Parti, une organisation d’extrême gauche) ont tenté de déployer une banderole et se sont mis à chanter des slogans hostiles au FMI et au gouvernement. Le directeur général du FMI est resté calme et a même essayé de prendre la chose avec humour, en se réjouissant notamment que les étudiants soient restés assez polis pour attendre la fin du débat qu’il avait engagé avec eux avant de se manifester de la sorte. Le lanceur de chaussure (photo) a été appréhendé par les forces de sécurité qui ont expulsé également les autres manifestants de la salle où se tenait la conférence.

L’image du FMI en Turquie est actuellement plutôt négative. Elle est tout d’abord fortement entamée par les deux plans de redressement imposés à ce pays par l’organisation financière internationale, au début des années 90 et au début des années 2000. Ceux-ci avaient marqué l’opinion parce qu’ils avaient entrainé la mise en œuvre de mesures de rigueur drastiques. Mais, dans le contexte actuel, l’image du FMI souffre également des débats liés à l’interminable négociation sur le prêt que cette instance internationale doit consentir à la Turquie pour lui permettre de faire face aux conséquences de la crise mondiale et en particulier d’une chute spectaculaire de sa croissance au cours du dernier semestre de l’année 2008. Les critiques, dont ce prêt est l’objet, n’ont pas seulement émané de milieux d’extrême gauche ou d’organisations altermondialistes, puisque le premier ministre, lui-même, n’a cessé de le remettre en question depuis le début de l’année, en déclarant à plusieurs reprises qu’il ne signerait jamais un accord contraire aux intérêts de la Turquie. Au début du mois de septembre dernier, le directeur de la banque centrale de Turquie avait déclaré que son pays n’aurait pas besoin d’un prêt du FMI, si le gouvernement maintenait une discipline fiscale permettant de contrôler le déficit public. Et de fait, on a pu observer que le revenu du prêt en question ne figurait pas dans le projet de budget turc pour 2010. Récemment, alors même qu’on laissait entendre qu’une reprise des négociations sur le prêt aurait lieu à la mi-octobre, le premier ministre a répété que la Turquie se passerait de l’argent du FMI.

Pour la petite histoire, le célèbre jet de chaussure par un journaliste irakien, dont Georges Bush avait été la cible en décembre dernier, avait entre autres marqué l’opinion publique en Turquie, parce que la chaussure projetée était de marque turque. On ne sait pas pour l’instant de quelle marque était la chaussure de sport blanche qui a frôlé le directeur général du FMI, jeudi matin…
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.