Le verdict de l’affaire Ergenekon plus sévère encore que celui de l’affaire Balyoz

Verdict Ergenekon1Le verdict du procès Ergenekon a donc été rendu, le 5 août, à la prison-tribunal de Siviri, près d’Istanbul. Il a frappé les observateurs par sa sévérité. 17 condamnations à perpétuité ont en effet été prononcées, dont celle du général İlker Başbuğ, chef d’état major de la l’armée turque entre 2008 et 2010s ou celles des généraux Şener Eruygur (ancien chef de la gendarmerie), Hurşit Tolon (ancien chef de la 1ère armée), Nusret Taşdeler (ancien chef de l’Ecole de guerre) et Veli Küçük (fondateur présumé du groupe occulte de la gendarmerie, le JITEM). L’universitaire Mehmet Haberal a été relâché, eu égard au temps qu’il avait déjà passé en prison. Mais les journalistes qui apparaissaient aussi comme des accusé-phare de ce procès sont également durement condamnés, en particulier : Tuncay Özkan, directeur de l’information de la chaine ShowTV, fondateur de la chaine Kanaltürk, éditorialiste aux quotidiens Milliyet, Radikal et Akşam (condamné à perpétuité avec une peine sûreté) ou Mustafa Balbay, éditorialiste au quotidien kémaliste Cumhuriyet (condamné à 34 ans de prison). De nombreux dirigeants du İşci Partisi (le parti des travailleurs), cette petite formation d’extrême-gauche nationaliste, sont aussi condamnés, dont son leader et fondateur, Doğu Perinçek (30 ans).

La lecture du verdict a provoqué des réactions très violentes de l’assistance et des condamnés. Certains d’entre eux comme Mustafa Balbay clamant leur innocence par une adresse au tribunal, d’autres tentant même de s’en aller. Des heurts avec les forces de sécurité ont opposé des proches et des amis des condamnés à la sortie du procès. Ainsi s’achève l’une des affaires les plus controversée de la vie politique turque pendante depuis 2007, et le plus emblématique des procès pour complot qui ont frappé l’armée et l’establishment kémaliste au cours des dernières années. On n’a toutefois peine à croire que le dossier soit définitivement clos, d’abord parce que les accusés ont décidé de faire appel de leurs condamnations, ensuite parce que les zones d’ombre, qui étaient apparues progressivement au fur et à mesure que l’enquête dévoilait son ampleur, demeurent.

Un début prometteur

L’affaire Ergenekon est en fait une longue histoire, qui commence avec la découverte d’une cache d’armes, au cours de l’été 2007, dans le quartier d’Ümraniye, à Istanbul. L’enquête passe d’abord inaperçue avant d’être portée au grand jour, en janvier 2008, par une première vague d’arrestation qui surprend mais suscite des espoirs (cf. notre édition du 25 janvier 2008). Le coup de filet concerne en effet des activistes ultranationalistes, entre autres : l’avocat Kemal Kerinçsiz, devenu célèbre pour s’être fait une spécialité de faire inculper, pour atteinte à la «turcité», des intellectuels de renom comme Orhan Pamuk, Elif Şafak ou Hrant Dink ; et surtout le général Veli Küçük, suspecté d’être le fondateur du réseau Ergenekon et déjà impliqué dans plusieurs affaires louches dont celle de Susurluk. Cet homme de l’ombre apparait comme l’activiste-type de ce qu’on s’est mis à appeler «l’Etat profond» (conjonction de cercles occultes de l’armée, des services de renseignement et de la police, veillant aux intérêts de l’Etat) en Turquie, à la fin des années 1990. L’enquête Ergenekon prétend donc avoir mis au jour un réseau de barbouzes et d’agents d’influence, suspecté de porter le combat d’une nébuleuse nationaliste étatique, qui a pris le nom de la vallée mythique d’Asie centrale d’où seraient originaires les Turcs. L’action de la justice  est donc plutôt bien accueillie par les médias et dans l’opinion. Elle semble être un indice supplémentaire des changements importants que connaît alors la Turquie et d’une volonté effective de mettre fin à un certain nombre de dérives contraires à l’Etat de droit.

Les premiers doutes

Peu à peu pourtant, la poursuite de l’enquête Ergenekon surprend, se traduisant par la multiplication de vagues d’arrestations subites et spectaculaires qui confinent à la rafle,  et qui touchent des militaires (d’abord à la retraite puis d’active), des avocats, des journalistes ou des universitaires… La procédure s’enraye parfois : des tribunaux se contredisent faisant relâcher certains accusés, après que de précédents juges les aient fait incarcérer. Les enquêteurs abusent de certains procédés, notamment le recours à des écoutes téléphoniques contestables (cf. notre édition du 28 août 2008). L’affaire Ergenekon, confiée de surcroît à des procureurs et à de tribunaux spéciaux, devient une sorte de voiture-balai, ramassant de présumés putschistes. Des personnes arrêtées sur des suspicions assez diverses voient leurs dossiers intégrés dans l’affaire Ergenekon. L’accusation qui prévaut généralement est celle «d’avoir voulu renverser le gouvernement». Du coup on se demande si Ergenekon fait le procès des agissements illégaux de «l’Etat profond» ou plus particulièrement d’opposants indésirables (cf. notre édition du 3 octobre 2008).

Le spectre des personnes arrêtées s’élargit en outre dans un contexte où la polarisation politique s’accroît. Les années 2008, 2009 et 2010 sont une période d’affrontements sérieux entre le gouvernement et l’establishment politico-militaire. La cour constitutionnelle est saisie d’une procédure demandant la dissolution de l’AKP (cf.notre édition du 2 juillet 2008). De nouvelles affaires pour complot apparaissent : l’affaire Cage, le plan d’action contre la réaction et surtout le plan Balyoz. L’ambiance politique a changé également : si l’establishment kémaliste est en pleine déconfiture, le gouvernement apparaît de plus en plus installé, omniprésent et suspecté de vouloir créer un Etat AKP. En mars 2011, l’arrestation des journalistes Ahmet Şık et Nedim Şener confirme que rien ne va plus dans la conduite de l’enquête Ergenekon, car ces deux personnalités sont tout sauf des putschistes potentiels (cf.notre édition 6 mars 2011). Ils resteront pourtant près d’un an en prison… Les commentateurs se perdent en conjectures, évoquant tantôt la conduite d’une véritable chasse aux sorcières, tantôt l’emballement d’une machine judiciaire turque fortement ébranlée par les mutations politiques récentes. Même le gouvernement manifeste une certaine gêne à l’égard de certaines initiatives judiciaires. La tension est à son comble lorsque, lors des législatives de 2011, le CHP parvient à faire élire sur ses listes plusieurs des accusés emprisonnés, notamment Mustafa Balbay et Mehmet Haberal (cf. nos éditions du 27 avril 2011 et du 17 juillet 2011)

Ergenekon au cœur des clivages politiques turcs

Dès lors, le tribunal spécial de Silivri devient un théâtre d’affrontements entre le pouvoir en place et ses opposants. Les proches et les amis des accusés campent sur place, assistent aux audiences, organisent des mouvements de protestation… Mais les procès aboutissent finalement. En septembre 2012, le verdict de l’affaire Balyoz tombe et condamne plus de 300 généraux et officiers à des peines de prison qui sont parfois à vie (cf. notre édition du 22 septembre 2012). Le verdict de l’affaire Ergenekon confirme donc cette sévérité et donne le coup de grâce à une élite qui avait gouverné le pays avant l’arrivée de l’AKP au pouvoir. A cet égard, la condamnation à perpétuité du général Başbuğ est particulièrement symbolique (cf. notre édition du 7 janvier 2012). Il avait été le dernier responsable militaire de haut rang à s’opposer frontalement à l’AKP, entre 2008 et 2010. On s’étonnera que son prédécesseur le général Yaşar Büyükanıt, un opposant tout aussi résolu qui traine des gamelles  autrement plus lourdes, ait réussi à passer à travers les mailles du filet (cf. notre édition du 4 novembre 2012). Certains ne manqueront pas de ressortir de sous le tapis le fameux accord présumé de Dolmabahçe, qui serait intervenu entre l’ex-chef d’état-major et le premier ministre. Les voix et les voies de la justice sont décidément impénétrables…

De façon significative, le verdict Ergenekon a été accueilli par des commentaires officiels gênés, tant à Washington qu’à Bruxelles. La porte-parole adjointe du département d’Etat, Marie Harf, s’est refusée à commenter officiellement le verdict de Silivri, mais elle a affirmé que les Etats-Unis comprenaient les inquiétudes formulées par les citoyens turcs, quant à la longueur du procès, son manque de transparence et sa façon de prononcer les condamnations. Sans s’exprimer elle aussi sur ce verdict, la commission européenne a rappelé qu’elle avait émis des doutes, à plusieurs reprises, sur la bonne conduite de l’enquête et sur un réquisitoire qualifié «d’attrape-tout »…

Jean Marcou

Pour aller plus loin : notre rubrique « Ergenekon » sur ce site.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *