Le président de la République inaugure une rentrée parlementaire chargée en présence de l’armée


Le Parlement turc a effectué sa rentrée, le 1er octobre 2009, avec un agenda qui s’annonce particulièrement chargé. Les deux dossiers les plus importants, qu’il aura à traiter dans les jours qui viennent, sont bien sûr celui de l’ouverture démocratique lancée par le gouvernement pour résoudre la question kurde, et celui de la normalisation des relations avec l’Arménie, qui devrait se traduire par la ratification de deux protocoles, avant la mi-octobre (cf. nos éditions des 1er et 3 septembre 2009). À cela s’ajoute une série de questions découlant de l’actualité la plus récente : demande de l’armée d’une reconduction de l’autorisation parlementaire lui permettant de procéder à des opérations contre le PKK, en Irak du Nord ; demande de l’opposition d’une discussion sur les inondations meurtrières survenues à Istanbul en septembre dernier (cf. notre édition du 11 septembre 2009) ; demande de réforme de la procédure pénale provoquée par les citations à comparaître, qui ont frappé, cette semaine, 4 députés kurdes pour des propos tenus avant leur élection ; proposition de révision constitutionnelle pour rendre renouvelable le mandat présidentiel, ce qui permettrait à Abdullah Gül d’être candidat à sa propre succession, en 2012.

Dans le traditionnel discours qu’il a prononcé, jeudi, à l’occasion de la rentrée parlementaire, le président de la République a choisi de mettre en exergue l’initiative kurde engagée par le premier ministre depuis le mois de juillet dernier, en déclarant solennellement :

«Dans une société où la conscience et la démocratie sont mûres, le principe de diversité doit être à la base de ce pays. Les pays, qui s’en remettent à un modèle uniforme, nuisent en fait à leur unité et à leur intégrité.»

Abdullah Gül a confirmé notamment que la reconnaissance de la diversité, qui doit conduire à la résolution du problème kurde, s’opérera dans le cadre d’un Etat unitaire, mais il n’a pas hésité à s’en prendre à «l’Etat profond», en soulignant que l’Etat ne pouvait «pas avoir deux visages : l’un visible et l’autre caché», et en concluant que «le seul visage de l’Etat devrait être celui du droit.»

Le discours du président de la République été applaudi sur les bancs de l’AKP et du DTP. Le leader kurde, Ahmet Türk, a souligné en particulier qu’il était très important que le chef de l’Etat ait dit «que c’était la nécessité même de la démocratie de considérer les différences comme une richesse et de tolérer l’existence de cultures différentes.» En revanche, comme on pouvait s’y attendre, les propos d’Abdullah Gül ont été fortement critiqués par les principaux partis d’opposition. Devlet Bahçeli, le leader des nationalistes du MHP, a réagi de manière extrêmement négative, en faisant observer que le président n’avait pas prononcé une seule fois le mot «turc» pendant son intervention. Quant à Deniz Baykal, le leader des kémalistes du CHP, il a estimé que le discours présidentiel renforçait la stratégie de tension et de division qu’a, selon lui, adoptée le gouvernement, depuis qu’il a lancé cette initiative kurde.

Mais, plus que ces réactions politiques prévisibles, c’est la présence du chef d’état-major et des plus hautes autorités militaires (photo), qui a retenu l’attention de la plupart des commentateurs. En effet, depuis les élections législatives de 2007, qui avaient vu une large victoire de l’AKP et l’arrivée de 20 députés kurdes du DTP au Parlement (cf. notre édition du 23 juillet 2007), l’armée avait boycotté la Grande Assemblée Nationale, ne consentant une exception à cette ligne de conduite que pour assister au discours prononcé par le président Obama, lors de sa venue en Turquie, en avril dernier (cf. notre édition du 13 avril 2009). Ce retour des militaires à l’Assemblée a été interprété par la presse turque comme une sorte d’approbation tacite de l’ouverture kurde par l’armée, bien que l’état-major ait tenu à faire savoir, dès le lendemain, par son porte-parole, qu’on ne devait pas lui attribuer une signification politique particulière. L’événement a été aussi favorablement commenté par le premier ministre, Recep Tayyip Erdoğan, et par le nouveau président de l’Assemblée, Mehmet Ali Şahin (cf. notre édition du 6 août 2009). Certains observateurs ont également relevé que la délégation militaire s’est levée lorsque le président est entré dans l’hémicycle, tandis que les députés du CHP restaient ostensiblement assis. Ces comportements différents tendraient à confirmer des désaccords entre les militaires et le parti kémaliste que la question kurde a déjà plusieurs fois permis d’observer par le passé (notre édition du 13 mars 2008).

Le silence de l’armée, lors du lancement du processus d’ouverture démocratique, il y a deux mois et demi, avait déjà été interprété comme l’expression d’un a priori favorable de l’institution militaire à l’égard des projets gouvernementaux visant à régler la question kurde. Mais, par la suite, alors que de premières critiques apparaissaient au sein du DTP et que les festivités célébrant l’anniversaire de la victoire approchaient, l’état-major avait publié un message beaucoup moins favorable sur son site internet, rappelant notamment que les forces armées turques ne pourraient «en aucun cas accepter que la structure unitaire de l’Etat soit détériorée.» (cf. notre édition du 2 septembre 2009). En dépit de ce comportement militaire inégal, on peut penser que cette présence militaire, lors du discours de rentrée parlementaire d’Abdullah Gül, le 1er octobre, reflète la ligne plus défensive que doit suivre une armée qui, fortement atteinte par l’affaire «Ergenekon», est également l’objet de ripostes de plus en plus vives de la société civile, lorsqu’elle se permet de s’immiscer dans la vie politique.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.