La candidature de la Turquie à l’UE et les dernières consultations électorales européennes


Approbation du Traité de Lisbonne par une large majorité d’Irlandais le 3 octobre, victoire d’Angela Merkel, en Allemagne, aux élections du 27 septembre, et du PASOK, en Grèce, aux élections législatives du 4 octobre… Au moment même où Ankara attend le traditionnel rapport annuel d’évaluation de la Commission européenne, on peut se demander quelles conséquences peuvent avoir sur la candidature de la Turquie à l’UE ces événements électoraux qui ont fait la une de l’actualité européenne, au cours des 15 derniers jours.

Le oui irlandais ne peut qu’être bien accueilli en Turquie où il est considéré abusivement comme un quitus donné à de nouveaux élargissements. Ankara redoutait, en effet, qu’une réponse irlandaise négative sonne le glas du Traité de Lisbonne et ouvre la voie à une Europe en crise, recentrée sur le noyau dur des pays fondateurs et dominée plus que jamais par le couple franco-allemand. La large approbation du traité par les Irlandais, qui doit conduire à sa ratification (si toutefois il passe sans encombre les obstacles polonais et tchèque qui subsistent), ne peut que renforcer les instances européennes qui ont en charge la candidature de la Turquie. Le ministre turc des affaires étrangères, Ahmet Davutoğlu (photo), et le ministre-négociateur en chef européen, Egemen Bağış se sont largement exprimés en ce sens, lors de la visite qu’ils ont effectuée à Bruxelles, le 2 octobre dernier, et au cours de laquelle ils ont rencontré le président de la Commission José Manuel Durao Barroso. À ses interlocuteurs européens, le chef de la diplomatie turque a vanté, une fois de plus, la «profondeur stratégique» acquise par la Turquie, qui au cours des dernières semaines n’a pas ménagé ses efforts pour jouer un rôle de médiateur, propre à faciliter la résolution des conflits dans le Caucase et au Moyen-Orient. Pour l’Europe issue du Traité de Lisbonne, qui est sensée avoir une politique étrangère plus active, il sera important de pouvoir compter sur l’appui d’une puissance régionale stabilisatrice telle que la Turquie, ont fait valoir les négociateurs turcs à leurs partenaires bruxellois. On sait que la diplomatie turque tend de plus en plus à faire de cette nouvelle carte stratégique, un atout pour sa candidature à l’UE.

Moins réjouissants pour la Turquie sont cependant les résultats des élections allemandes et grecques. En ouvrant la voie à un gouvernement allemand plus conservateur, qui met un terme au régime de la grande coalition, où les sociaux-démocrates avaient, depuis 2005, modéré les ardeurs turco-sceptiques d’Angela-Merkel, les élections fédérales du 27 septembre sont un événement inquiétant pour la candidature d’Ankara. Pourtant, eu égard à l’importance croissante de l’électorat turc allemand et à la nécessité de maintenir certains équilibres européens, il est peu probable que l’attitude allemande à l’égard de la candidature turque se rigidifie à l’extrême.

Quant aux résultats des élections grecques, leurs implications pour les relations turco-européennes sont bien sûr plus complexes en raison du problème chypriote. Le PASOK a lancé une série de mises en garde, pendant la campagne électorale, annonçant même son intention de bloquer sa candidature turque si les négociations en cours à Chypre ne débouchaient pas sur un résultat rapide. Ahmet Davutoğlu a riposté, dès le 2 octobre à Bruxelles, en accusant les Chypriotes grecs de faire traîner les négociations en longueur et de n’être pas assez constructifs. Dans ces conditions, il a estimé qu’on ne pouvait pas forcer la Turquie à reconnaître la République de Chypre, faisant allusion à la demande qu’a formulée depuis 2006 l’Union Européenne pour que la Turquie d’ouvrir ses ports et aéroports à Nicosie, avant la fin de l’année 2009. Pourtant même si la victoire du PASOK se confirme, il est peu probable que l’on s’oriente vers une crise entre Bruxelles et Ankara, à propos de Chypre. L’Union Européenne est, semble-t-il décidée à donner sa chance à la négociation sur ce dossier, et le PASOK, dont le leader Georges Papandréou a été l’un des initiateur de la «politique des tremblements de terre», en 1999, alors qu’il était ministre des affaires étrangères, saura probablement oublier ses propos de campagne pour passer à un langage gouvernemental plus diplomatique dans les prochaines semaines. Pour sa part, Ahmet Davutoğlu, le 2 octobre, à Bruxelles, sans nier les problèmes qui subsistaient avec la Grèce, a néanmoins insisté sur le fait qu’à la différence de ce qui se passait dans les années 90, ils étaient envisagés dans un esprit constructif, loin de toute velléité d’escalade. Une manière habile de reconnaître malgré tout que le règlement des principaux dossiers qui contrarient les relations entre les deux pays, n’a pas beaucoup avancé…
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.