Tempête turque dans les Balkans

KOSOVO1Le 23 octobre dernier, à Prizren, au Kosovo, alors qu’il effectuait un déplacement officiel, Recep Tayyip Erdoğan, porté par l’enthousiasme de l’accueil qui lui était réservé, s’est écrié :

« Nous appartenons tous à la même histoire, à la même culture et à la même civilisation. Nous sommes des gens issus de la fraternité de cette structure. Ne l’oubliez pas : la Turquie c’est le Kosovo, le Kosovo c’est la Turquie ! »

Ignorée d’abord par les médias internationaux, cette déclaration a néanmoins polarisé l’attention et les commentaires lorsque, non sans un certain retard et manifestement surpris par ces propos, le ministère serbe des affaires étrangères les a sévèrement condamnés :

«En République de Serbie, une telle prise de position ne peut être perçue comme amicale. Elle est loin des assurances que nous avaient données les dirigeants turcs… La ville de l’empereur Dusan (sous le règne duquel la Serbie a atteint son apogée territoriale) est probablement la dernière où une telle déclaration devait être faite. Tout le monde sait que le Kosovo est un terme serbe et un territoire serbe, même ceux qui ont reconnu ce quasi-Etat.»

Le premier ministre serbe Ivica Dadic a lui aussi réagi, en évoquant une «provocation directe». Il faut dire que la déclaration de Prizren a mis les dirigeants serbes dans une position difficile, en provoquant des manifestations nationalistes à Belgrade. Elle est par ailleurs d’autant plus maladroite qu’il existe actuellement des minorités turques au Kosovo, qui s’y sentent mal à l’aise et redoutent notamment leur assimilation à un ensemble dominé par la majorité albanaise musulmane.  Pour sa part, le 26 octobre, le président serbe Tomislav Nikolic a demandé des excuses officielles au gouvernement turc, en annonçant qu’il ne prendrait plus part au sommet tripartite balkanique, une initiative diplomatique d’Ankara qui réunit la Turquie, la Serbie et la Bosnie, pour promouvoir la réconciliation et la stabilité dans les Balkans. En bref, la phrase de trop du premier ministre turc à Prizren provoque une véritable tempête dans les Balkans !

Pour comprendre la portée du dérapage du premier ministre turc, il faut se replonger dans le contexte qui préside depuis plusieurs années aux relations de proximité qu’Ankara entretient avec les Balkans. Estompé par le rapprochement turco-arabes et les initiatives de la Turquie au Moyen-Orient, la politique étrangère turque dans la péninsule balkanique a été en effet particulièrement active, au cours de la dernière décennie, apparaissant comme une illustration discrète, mais efficace, de la stratégie «du zéro problème avec nos voisins», déployée par le chef de la diplomatie turque Ahmet Davutoğlu. Cette politique s’est traduite notamment par le fort investissement des organismes officiels de coopération turcs, tant sur les plansKOSOVO2 économique que culturel (TIKA, Yünüs Emre Enstitüsü…), mais aussi par une présence croissance des ONG turques islamiques (notamment la fameuse organisation IHH qui avait affrété le Mavi Marmara vers la Palestine, en 2010). Outre le soutien à des projets de développement, ces activités ont débouché sur d’importantes opérations de réhabilitation du patrimoine ottoman : mosquées, ponts, fontaines… Les dirigeants turcs de l’AKP ont été de surcroît particulièrement sensibles aux résultats de cette diplomatie d’influence dans une région, qui a été, pendant cinq siècles, au cœur de l’Empire ottoman. En 2011, Ahmet Davutoğlu avait significativement fêté l’Eid el-Fitr à Sarajevo, en déclarant : «Nous avons été ici, nous sommes ici et nous serons toujours ici !», et en expliquant qu’en Turquie on célébrait la fin du Ramadan chez soit et que, dans la grande mosquée de Sarajevo, il se sentait vraiment chez lui (cf. notre édition du 1er septembre 2011). La remarque n’avait alors pas suscité de critiques, tout au plus avait-elle été perçue comme une illustration supplémentaire des tendances néo-ottomanistes des dirigeants turcs.

La déclaration de Recep Tayyip Erdoğan à Prizren s’inscrit au départ dans ce retour culturel de la Turquie dans les Balkans. Mais en usant d’une terminologie de meeting électoral, et semble-t-il en brandissant les quatre doigts de Rabia (signe de ralliement des partisans de Mohamed Morsi au Caire), le premier ministre turc lui a donné une dimension politique voire politico-religieuse assez mal venue. Car le propos est en passe d’anéantir une politique balkanique turque savamment construite depuis plusieurs années, qui au-delà des succès économiques et culturels précédemment mentionnés, avait constitué un véritable tour de force diplomatique. Bien qu’ayant été l’un des premiers pays à reconnaître le Kosovo, en effet, Ankara a joué par la suite un rôle essentiel dans la stabilisation politique de la péninsule balkanique, contribuant KOSOVO3notamment au rapprochement de la Bosnie et de la Serbie. En ouvrant le dialogue avec Belgrade, le gouvernement turc a même sans doute permis à la Serbie de sortir de son isolement et de faire progresser sa candidature à l’Union européenne. En février dernier, le président serbe Nikolic avait ainsi déclaré que la Turquie était un partenaire très important et évoquait la nécessité pour son pays de resserrer ses liens avec elle. Après les excuses présentées par le leader serbe, en avril dernier, pour le massacre de Srebrenica, la Bosnie et la Serbie s’étaient retrouvées en mai à Istanbul, lors d’un sommet tripartite, tenu sous les auspices du président Abdullah Gül et visant à promouvoir la coopération et la réconciliation entre «frères ennemis». Alors même qu’Ankara enregistrait parallèlement revers sur revers au Moyen-Orient, dans le contexte difficile de l’essoufflement des printemps arabes et de l’approfondissement de la crise syrienne, le succès de cette offensive balkanique pouvait être mis à l’actif de la Turquie, qui prouvait également aux Européens qu’elle était devenue un maillon-clef de la stabilisation de leur frontière orientale.

Le gouvernement turc aura donc bien du mal à faire oublier le dérapage de Prizren, ce à quoi s’est d’ores et déjà attelé l’infatigable Ahmet Davutoğlu, qui a appelé au  téléphone, le 27 octobre dernier, son homologue serbe Ivan Mrkic pour luiKOSOVO4 expliquer que les propos de Recep Tayiyip Erdoğan avaient été sortis de leur contexte par des cercles nationalistes malveillants, et que le fait que les Turcs puissent se dire chez eux dans les Balkans ne devait pas être interprété comme l’expression de visées coloniales nostalgiques ou expansionnistes. Certes, les mots du leader de l’AKP peuvent être rangés au rang des excès de langages auxquels ce dernier nous a habitué au cours des dernières années. Mais les réactions qu’ils ont provoquées montrent aussi que ce genre propos, qui a fait le succès d’une diplomatie turque renaissante, qui entendait s’affirmer sur la scène internationale, est particulièrement périlleux pour celui qui les tient désormais, dans un contexte régional difficile et en tout cas plus incertain que celui qui prévalait dans les années 2000. En outre, bien que malencontreux, l’incident de Prizren montre une fois de plus les limites de la politique turque de bon voisinage. Pendant plusieurs années, en réalité, il faut bien convenir que, dans les Balkans, Ankara a tenu la chaîne par les deux bouts d’une façon inespérée, en reconnaissant le Kosovo, soutenant la Bosnie, la Macédoine et l’Albanie, et en se rapprochant de façon inattendue de la Serbie… À Prizren, le 23 octobre, cette chaîne s’est peut-être rompue…

Jean Marcou


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.