Turquie : la polémique de la mixité des logements étudiants détrône celle du port du foulard islamique.

logements étudiants1À la fin du mois d’octobre dernier, le 29, très précisément, la Turquie a fêté le 90e anniversaire de la République et, en d’autres temps, l’événement aurait probablement été l’occasion de plus fastueuses réjouissances. Je me souviens en particulier des festivités du 75e anniversaire et du blason officiel de cette célébration, apposé ostensiblement sur de nombreux bâtiments publics, que l’on retrouve parfois encore sur certains d’entre eux… Autres temps, autres mœurs ! L’histoire retiendra d’abord de cette fin octobre 2013, que l’on vit apparaître le foulard sur les bancs de la Grande Assemblée Nationale. Alors même que l’annonce en avait été faite depuis plusieurs jours et que l’on attendait de le voir pour le croire, le 31 octobre dernier, 4 députées de l’AKP sont finalement entrées, la tête couverte, dans l’hémicycle parlementaire, rejointes bientôt par une cinquième. «L’audace» a exorcisé l’expulsion en 1999 delogements étudiants2 la députée islamiste du Fazilet Partisi, Merve Kavakçı par le premier ministre, Bülent Ecevit, qui à l’époque avait affirmé qu’il avait évité à son pays une nouvelle intervention militaire, en rappelant qu’on ne défiait pas l’Etat impunément ! Pourtant, bien que les leaders des principaux partis politiques aient évité d’être présents dans les travées de l’assemblée au jour J, l’affaire a finalement tourné au non-événement, car toutes les formations politiques se sont réjouies à des degrés divers bien entendu que le port du foulard ait été ainsi dépossédé de sa valeur symbolique et des polémiques qui l’accompagnaient depuis près de trois décennies. Le premier ministre s’est félicité de la fin de «pratiques discriminatoires», le chef de l’opposition kémaliste a fait valoir que le foulard ne pourrait plus être désormais instrumentalisé à des fins politiques et le président de la République a remercié l’un et l’autre d’avoir contribué par leur modération à la pacification d’un débat qui l’avait concerné personnellement. On se souvient notamment que le foulard de son épouse était apparu en 2007 comme l’un des principaux obstacles à sa course à la présidence (cf. notre édition du 21 août 2007).

«Ce qui se passe en ces lieux n’est pas clair»

Or, cher lecteur, même si nous avons bien le droit à un peu de tranquillité en cette fin d’année 2013, alors que le mouvement de Gezi Parkı est encore chaud et que les multiples élections de 2014 nous promettent de nouvelles émotions, il est un fait que l’actualité turque mérite mieux qu’une succession d’événements en creux qui nous laissent un peu sur notre faim. C’est sans doute ce que s’est dit notre cher premier ministre lorsqu’il a évoqué la question de la mixité des dortoirs et résidences étudiantes, d’abord de façon semi-officielle, puis en embouchant logements étudiants3sans retenue les trompettes de la renommée. C’est en effet lors d’une réunion officieuse de l’AKP pendant sa grande conférence d’évaluation annuelle de Kızılcahamam, le 3 novembre dernier, que Recep Tayyip Erdoğan a fait allusion à un problème dont il aurait été informé par la préfecture de Denizli : le manque de logements étudiants amènerait une fréquente cohabitation d’étudiants et d’étudiantes, une situation contraire, selon lui, à «notre caractère conservateur et démocratique». Que dire sinon que cette tirade sur le tard à surpris tout le monde et ce d’autant plus que la veille, le chef de gouvernement, lors de la même conférence, avait démenti que la Turquie soit encore dans une période de polarisation, en affirmant qu’elle était entrée au contraire dans «une ère de normalisation politique.»  Par la suite, pour ceux qui n’aurait pas tout à fait compris le sens de remarques formulées dans un espace confidentiel, Recep Tayyip Erdoğan n’a pas manqué de les reformuler publiquement, comme suit :

« Il y a des problèmes touchant au partage de logements dans certains endroits, parce que les besoins en la matière ne sont pas satisfaits… Ce qui se passe en ces lieux n’est pas clair. Ils sont tous mélangés et tout peut arriver. En tant que gouvernement conservateur démocrate, nous nous devons d’intervenir. »

Et le premier ministre de poursuivre en expliquant qu’au fait de la situation, les préfectures s’emploieraient à y mettre un terme, car il était du devoir de l’Etat d’agir pour rassurer des parents inquiets et même des voisins gênés…

Désaccords au sein de l’AKP, inquiétudes à Bruxelles

Alors même que l’affaire du foulard ne fait plus recette, celle naissante des logements étudiants mixtes s’est donc chargée d’ouvrir de nouvelles perspectives à la polémique. Celle-ci a d’ailleurs commencé au sein même du parti gouvernemental, puisque le vice-premier ministre Bülent Arınç, déjà en froid avec Recep Tayyip Erdoğan depuis leurlogements étudiants4 désaccord sur la gestion des événements de Gezi, au printemps dernier, est de nouveau apparu en délicatesse avec lui dans cette affaire. Ayant nié d’abord que ce dernier ait réellement critiqué la mixité des logements étudiants et donc qualifié la polémique ouverte «d’inventée et de malveillante», Bülent Arinç s’est senti floué lorsque le leader de l’AKP a assumé ouvertement ses propos. Vendredi 8 novembre, après plusieurs jours d’explications laborieuses, alors même que les observateurs s’interrogeaient sur son avenir politique, le vice-premier ministre a reconnu publiquement qu’il avait avec Recep Tayyip Erdoğan une différence d’appréciation sur la question des logements étudiants et plus généralement sur le fonctionnement du gouvernement. La contradiction principale est pourtant venue, comme on pouvait s’y attendre, du parti kémaliste qui a accusé le gouvernement de vouloir instaurer une sorte de police des mœurs, en rappelant que les étudiants étaient majeurs et que l’Etat n’avait pas à s’occuper de leurs modes de vie.

Au moment où elle est en train d’ouvrir un nouveau chapitre de négociations avec la Turquie (le 22e sur la politique régionale), ce qui n’était pas arrivé depuis 3 ans, l’Union européenne n’a pas manqué de réagir à cette nouvelle polémique. Stefan Füle, le commissaire européenne à l’élargissement, qui se trouve actuellement en Turquie, a indiqué que Bruxelles suivait de près cette affaire et espérait qu’elle pourrait être réglée

«dans le respect de l’Etat de droit, des libertés individuelles, en prenant en compte les inquiétudes qui se sont manifestées dans de multiples secteurs de la société.»

Préoccupations tactiques et mutations de fond

Beaucoup d’observateurs ont estimé qu’en prenant l’initiative d’une nouvelle polémique portant sur les valeurs, au moment même où celle du port du voile s’éteint, Recep Tayyip Erdoğan pense déjà aux prochaines élections. Face à la généralisation de modes de vie urbains auxquels les jeunes générations sont de plus en plus perméables, il s’agirait de rassurer les familles et de montrer que l’AKP veille ! L’incident n’est pourtant pas aussi tactique qu’il en logements étudiants5a l’air. La question de la mixité des logements étudiants ne manquera pas de rappeler à mes aînés que le refus de permettre l’accès des étudiants aux résidences des étudiantes fut le ferment des premiers incidents qui devaient conduire par la suite au déclenchement de Mai 68, révélant une France où les jeunes sortaient de façon plus précoce du cocon familial et accédaient à de nouveaux modes de vie, un an à peine après la libéralisation de la contraception. Qu’une évolution similaire puisse affecter une Turquie où de plus en plus de garçons et de filles font leurs études loin de leurs familles, n’a finalement rien de très étonnant. Il n’est pas sûr à cet égard que le rétablissement de la séparation des étudiants et des étudiantes aient en la matière beaucoup d’effets, même si ces dernières portent le voile d’ailleurs. L’AKP qui, au cours de la décennie écoulée, a souvent été plus en phase avec les mutations sociales que ses principaux rivaux politiques, pourrait bien avoir à courir derrière les évolutions futures de la société turque dans les années qui viennent…

Jean Marcou


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 7 janvier 2019

    […] de son pays (voir l’analyse de son discours par Jean Marcou sur le blog OVIPOT : http://ovipot.hypotheses.org/9506 ). Nous apportons ici notre modeste contribution au débat. Voici une photographie prise un soir […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.