Ahmet Davutoğlu à Bagdad et à Najaf pour restaurer les relations turco-irakiennes

Davutoglu à Najaf1

Depuis plusieurs semaines le gouvernement turc clame son intention de restaurer des liens avec l’Irak, passablement endommagés par plus de deux ans de querelles incessantes entre les deux pays. Dans cette perspective, le ministre turc des Affaires étrangères, Ahmet Davutoğlu, a effectué, les 10 & 11 novembre 2013, une visite officielle en Irak, à la fois dans le cadre des relations bilatérales, et pour réaffirmer quelques principes généraux d’action. La période retenue n’est pas sans importance non plus pour des raisons religieuses : c’est le début de muharram, le premier mois du calendrier lunaire, qui est marqué par les grandes cérémonies du deuil chiite de l‘achoura, rappel du martyre de Ali et de Hussein.  Si on laisse de côté la recherche par le premier ministre irakien Nouri al-Maliki d’une restauration de son image régionale (dans la perspective des prochaines élections générales en Irak), et donc de la restauration de relations bilatérales correctes avec la Turquie et les Etats-Unis, le déplacement  d’Ahmet Davutoğlu  est donc l’occasion de faire un point d’étape sur un des volets de la diplomatie régionale d’Ankara : les relations avec le monde chiite du Moyen-Orient (cf. articles de Jean Paul Burdy dans nos éditions des 17 décembre 2012 et 19 décembre 2012).

 La diplomatie turque confrontée aux révolutions arabes

On se souvient de la visite officielle historique du premier ministre turc Recep Tayyip Erdoğan en Irak, les 29 & 30 mars 2011, à laquelle nous avions consacré une longue chronique (cf. article de Jean-Paul Burdy dansDavutoglu à Najaf2 notre édition du 23 avril 2011). On avait retenu tout particulièrement son  étape remarquée à Najaf (épicentre spirituel et politique d’un « croissant chiite » duodécimain qui s’étire du Golfe au Liban). On en était alors au tout début des « printemps arabes », dominés par le départ forcé du Tunisien Ben Ali, et de l’Egyptien Moubarak. La crise libyenne venait juste de commencer, et les manifestations en Syrie n’avaient encore réuni que quelques dizaines d’opposants. Fin mars, c’est la répression des opposants chiites de la place de la Perle, à Manama, au Bahreïn, qui focalisait l’attention régionale. À l’époque, la diplomatie turque de « bon voisinage et zéro problème avec les voisins » était encore tout à fait pertinente. Lors de ses trois étapes  (Bagdad, puis Najaf, puis Erbil), le premier ministre avait souligné qu’Ankara entretenait désormais des relations bilatérales cordiales avec le nouveau régime irakien post-2003 ; manifestait son respect et son soutien aux chiites en Irak et au-delà (Bahreïn inclus) ; et avait développé par ailleurs d’excellentes relations depuis 2007 avec une entité autonome kurde irakienne, en réalité quasiment indépendante.

Trente mois plus tard, le contexte régional a radicalement changé pour la diplomatie turque. Car l’évolution des révolutions arabes a peu à peu sapé les piliers de la politique du « zéro problème ». Et c’est moins le renversement du colonel Kadhafi (par une intervention militaire occidentale qui a suscité de fortes réticences turques), ou les difficultés croissantes du président frère-musulman égyptien Mohamed Morsi (finalement destitué par le coup d’Etat militaire du 3 juillet 2013), que le développement de la guerre en Syrie qui a mis Davutoglu à Najaf33Ankara dans une position de plus en plus difficile. Les engagements radicaux de la Turquie contre le régime de Bachar Al-Assad ont impliqué le pays dans le conflit sur plusieurs plans: par l’hébergement de l’opposition politique syrienne de l’extérieur (dominée par les Frères musulmans), puis d’une partie de l’Armée syrienne libre ; par le rôle de plaque tournante des livraisons d’armes aux groupes d’opposition armée en Syrie même, ceux-ci étant de plus en plus fragmentés, et de plus en plus dominés par des courants djihadistes sunnites radicaux ; et par l’arrivée de plus de 600 000 réfugiés enregistrés (on approche sans doute, en réalité, le million). Or la politique d’Ankara à partir de l’automne 2011 misait sur un renversement rapide du régime de Damas, à l’instar de celui du régime de Mouammar Kadhafi qui venait d’avoir lieu.  Mais Bachar el-Assad a tenu bon et la perspective de sa chute, au contraire, paraît s’éloigner depuis le printemps 2013, avec le soutien massif apporté au régime baasiste par la Russie, et les acteurs régionaux que sont l’Iran et le Hezbollah libanais. C’est donc à l’aune de cette situation très inconfortable pour Ankara qu’il faut lire la visite d’Ahmet Davutoğlu en Irak.

Deux ans de querelles turco-irakiennes

Rencontrant son homologue irakien Hoshyar Zebari (qui s’était rendu à Ankara quelques semaines plus tôt), le ministre turc a signifié le retour à la normalité des relations bilatérales. On se souvient que celles-ci avaient connu une période de forte tension à partir de 2011. Bagdad avait alors lancé un mandat d’arrêtDavutoglu à Najaf4 international consécutif à sa condamnation à mort par contumace contre l’ancien vice-président (sunnite) irakien Tarek Hachemi, accusé par le premier ministre (chiite) Nouri al-Maliki de complicité dans des campagnes d’attentats. Or Tarek Hachemi s’était réfugié en Turquie, avec le soutien d’Ankara (cf. article de Jean Marcou dans notre édition du 12 septembre 2012). Mais surtout Bagdad avait été de plus en plus irrité par l’intensification des relations politiques et économiques directes entre Ankara et Erbil, en particulier dans les questions d’hydrocarbures. En représailles, outre des vexations mineures (interdiction pour l’avion du ministre turc du pétrole d’accéder à Erbil pour participer à une conférence internationale sur le pétrole), l’Irak avait exclu la compagnie pétrolière turque TPAO d’un important contrat d’exploration dans le sud de l’Irak. Dans ce registre, la Turquie pour sa part ne s’était pas privée de défier Bagdad quand l’occasion s’en était présentée. Ainsi en août 2012, Ahmet Davutoğlu, aidé par les Kurdes irakiens, n’avait pas hésité à se rendre à Kirkouk, sans l’aval du gouvernement fédéral de Bagdad, qui avait accusé le chef de la diplomatie turque « de violer une fois de plus la souveraineté irakienne » (cf. article de Jean Marcou dans notre édition du 4 août 2012).

Il est aussi probable qu’à partir de la mi-2011, la Turquie confrontée à une reprise de la guérilla kurde, après l’échec des pourparlers qu’elle avait engagés avec le PKK à Oslo, via ses services de renseignement, a joué Davutoglu à Najaf5Erbil contre Bagdad. Au cours du second semestre 2011, en effet, le gouvernement turc n’avait cessé de reprocher à Bagdad son inaction face à une rébellion kurde qui a historiquement ses bases arrière en territoire irakien. Dans le même temps il resserrait encore ses liens avec le gouvernement de la région kurde d’Irak du nord de Massoud Barzani (photo à gauche) qui acceptait d’appeler le PKK à cesser la lutte armée pour rechercher un règlement politique. Cette accentuation de la convergence politique entre Ankara et Erbil s’était doublée d’un renforcement de leur coopération économique et commerciale, les Turcs et les Kurdes irakiens concluant des contrats gaziers et pétroliers, sans requérir l’aval de Bagdad. Cette dégradation des relations turco-irakiennes avait vu, Nouri al-Maliki, dès le mois d’avril 2012, affirmer publiquement que la Turquie se comportait désormais comme « un pays ennemi » (sic), le gouvernement de l’AKP pour sa part n’hésitant pas à encourager le parlement irakien à renverser son chef de gouvernement, après avoir pendant plusieurs mois demandé aux Etats-Unis de faire pression sur lui pour qu’il change de comportement.

Mais foin de ces heures sombres ! Annonce a donc été faite récemment d’une probable visite du premier ministre irakien al-Maliki à Ankara, suivi d’une visite du premier ministre turc à Bagdad. La normalisation des relations turco-irakiennes semble donc en vue, les contentieux étant en voie de résolution sur les dossiersDavutoglu à Najaf55 du Kurdistan irakien et des contrats pétroliers. On remarquera cependant que le ministre turc n’est pas passé par la case Erbil, la réconciliation avec Bagdad sur ce dossier restant à confirmer. Et ce d’autant plus que plusieurs voix qui comptent à Erbil se sont émues pour espérer que le réchauffement entre Ankara et Bagdad n’aurait pas de conséquences fâcheuses pour les relations turco-nord-irakiennes. Quant au dossier syrien, si des « divergences d’analyse subsistent » entre la Turquie et l’Irak, les deux parties s’accordent toutefois sur « la nécessité du rétablissement de la paix dans ce pays. » Ces déclarations encourageantes montrent bien que, plus que le dossier syrien, ce sont bien des accrochages bilatéraux touchant à des questions sensibles (Kurdes, sunnites), qui sont à l’origine du refroidissement entre les deux pays, au cours des deux dernières années.

La restauration des relations bilatérales turco-irakiennes

L’étape d’Ahmet Davutoğlu, le 11 novembre 2013, à Najaf, au cœur du « pays chiite » irakien, n’est pas sans Davutoglu à Najaf6importance. Le ministre turc a mis ses pas dans ceux de son premier ministre en 2011. A Najaf, il est allé prier au mausolée d’Ali, et a effectué une brève visite dans la deuxième « ville sainte » d’Irak, Kerbala, qui abrite le mausolée de Hussein, l’autre figure fondatrice du chiisme. Et il a rencontré deux éminentes figures du chiisme irakien, aussi différentes qu’il est possible.  Tout d’abord le seyyed Moqtada al-Sadr, dirigeant présumé de la mystérieuse Armée du Mahdi,  un chiite politique radical proche de l’Iran (où il s’est exilé pendant quatre ans entre 2007 et 2011).  En 2011, Recep Tayyip Erdoğan n’avait d’ailleurs pas rencontré Moqtada al-Sadr.  Ahmet Davutoğlu  a ensuite rencontré le grand ayatollah seyyed Ali al-Sistani, 83 ans, la plus grande figure spirituelle du chiisme contemporain, figure quiétiste très influente bien au-delà des seules frontières irakiennes : sa parole est très suivie en Iran, dans le Golfe. Et au Levant.

Les deux rencontres se sont tenues à huis-clos. Mais Ahmet Davutoğlu a multiplié les déclarations publiques d’amitié avec le chiisme, insistant sur la nécessité pour la Turquie comme pour l’Irak de dépasser les tentations sectaires au Moyen-Orient, et de travailler à les réduire. Il visait donc explicitement les affrontements entre sunnites et chiites et alaouites en Syrie qui, après avoir été largement construits par le régime de Damas, très actif à confessionnaliser un conflit qui ne l’était pas initialement, sont désormais devenus une sanglante réalité sur le terrain. Or les opposants sunnites, en particulier les djihadistes, sont soutenus par les pétromonarchies du Golfe, et en particulier par l’Arabie saoudite et le Qatar wahhabites. Et le régime, qui a coalisé une bonne partie des minorités religieuses du pays, est soutenu par le Hezbollah libanais et la force Al-Qods des Gardiens de la révolution iraniens.

En arrière-plan : les conflits confessionnels, et surtout la Syrie

Il est donc légitime d’estimer que les déclarations du ministre turc des affaires étrangères avaient  plusieurs objectifs. Il s’agissait, tout d’abord, de convaincre les Irakiens -gouvernement central comme chiites du sud- que la Turquie n’agit pas comme puissance sunnite mais transcende la diversité confessionnelle (et ethnique) au sein de l’islam. L’Irak est un acteur régional du conflit syrien, de second plan certes, et plutôt par le seuleDavutoglu à Najaf7 fait de sa longue frontière avec la Syrie, très poreuse et traversée sans problème par les djihadistes sunnites, dont l’un des mouvements les plus radicaux est d’ailleurs significativement dénommé « Etat islamique de l’Irak et du Levant ».

Il s’agissait également de signifier aux Iraniens, principalement par le vecteur d’un Moqtada al-Sadr (à gauche sur la photo de droite) réputé proche de Téhéran, que la Turquie est de bonne volonté, et n’entend pas, par son soutien à l’opposition,  appliquer au conflit syrien une grille de lecture confessionnelle opposant les rebelles sunnites à un régime « chiite » par son appartenance à l’alaouisme. Davutoglu à Najaf8Ankara veut donc éteindre les critiques qui, dans la région, présente son soutien à l’opposition syrienne comme inspiré par des logiques « sectaires », sunnites en l’occurrence -ce qui met la Turquie sur le même plan que l’Arabie saoudite ou le Qatar. Les observateurs ont d’ailleurs remarqué que la visite du ministre turc en Irak a été précédée, une semaine plus tôt, par la visite à Ankara du ministre iranien des Affaires étrangères, Javad Zarif (photo de gauche), réputé porteur depuis sa nomination par le nouveau président iranien Rohani, de propositions de détente dans les relations bilatérales et multilatérales de l’Iran. A cette occasion déjà, Ahmet Davutoğlu et Mohammed Javad Zarif avaient exprimé leur préoccupation commune à propos de l’aggravation dans la régions des « sectarian conflicts » -les conflits confessionnels donc ; et leur volonté de travailler à les réduire.

Même si cela est moins spectaculaire qu’avec Recep Tayyip Erdoğan en mars 2011, on aura compris que la visite d’Ahmet Davutoğlu avait, une nouvelle fois, une dimension irakienne (d’ailleurs réciproque), mais aussi une dimension régionale. Visant à « (re)gagner des cœurs et des esprits » en Irak et dans la mouvance chiite régionale, elle traitait, assez explicitement,  de perspectives de repositionnement de la Turquie, mais aussi peut-être de l’Iran, dans un conflit syrien de plus en plus confessionnalisé.
JPB et JM
Cet article a été publié simultanément dans “Question d’Orient”, le Site de Jean-Paul Burdy


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.