La victoire du PASOK en Grèce a été plutôt bien accueillie en Turquie


Les élections grecques anticipées, qui ont vu la nette victoire du PASOK de Georges Papandréou (sur la photo à gauche) sur la Nea Demokratia de Costas Caramanlis (sur la photo à droite), ne devraient pas avoir de conséquences importantes pour les relations entre Athènes et Ankara et, notamment, pour la candidature turque à l’Union européenne.

Certes, les relations avec la Turquie ont été l’un des sujets âprement débattus de la campagne électorale écoulée, George Papandréou allant même jusqu’à accuser le premier ministre sortant, lors d’un débat télévisé, d’être «trop lâche» avec Ankara. Le leader socialiste grec s’est également fait remarquer, au cours des dernières semaines, en promettant de se montrer plus ferme que son adversaire, à l’égard des intrusions d’avions de combat turcs dans un espace aérien au demeurant disputé et incertain. D’autres dossiers sur lesquelles la Turquie et la Grèce s’opposent ont été aussi sur la sellette à l’occasion de ces élections, notamment l’immigration clandestine, la réouverture du séminaire orthodoxe d’Halki à Istanbul, et, bien sûr, la question chypriote. Sur cet ultime différend majeur, Georges Papandréou ne s’est pas fondamentalement démarqué de la position constante qui est celle d’Athènes depuis 1974, et qui considère que le problème de Chypre est avant tout celui d’une invasion et d’une occupation turque. Mais, au plus fort de la campagne électorale, le leader du PASOK a quand même surpris en évoquant l’hypothèse d’un véto grec à l’adhésion de la Turquie, si la question chypriote demeurait sans solution satisfaisante (cf. notre édition du 18 septembre 2009).

En dépit de ces propos un peu vifs de campagne, on peut penser que les relations turco-grecques ne souffriront pas du changement de gouvernement issu de ces dernières élections. La presse et les observateurs turcs sont même plutôt optimistes à cet égard. Il faut dire que Georges Papandréou jouit d’une réputation favorable en Turquie. Ministre des affaires étrangères, entre 1999 et 2004, il a été l’un des principaux artisans du rapprochement gréco-turc spectaculaire, mieux connu désormais sous le nom de «diplomatie des tremblements de terre», parce que cette nouvelle ère diplomatique s’est ouverte à la suite de la coopération mutuelle engagée par les deux pays pour faire face à des séismes qui les avaient alors durement frappés. Les rapports chaleureux de Georges Papandréou avec son homologue turc, İsmail Cem, ont à l’époque marqué l’opinion en Turquie. Ils avaient même rappelé à certains commentateurs le fameux tandem formé par Gustav Stresemann et Aristide Briand dans l’entre-deux-guerres. En janvier 2007, le leader du PASOK, très ému, était venu d’ailleurs assister aux funérailles de son ami turc, à la mosquée de Teşvikiye, à Istanbul. Un nouveau geste remarqué et apprécié en Turquie.

Pour se faire une idée claire quant à la position du nouveau gouvernement grec sur la candidature turque à l’UE, il faudra sans doute attendre le sommet européen de décembre prochain, qui doit évaluer les progrès de la Turquie et se prononcer sur la question chypriote. Toutefois, l’intérêt vif que Georges Papandréou a toujours manifesté à l’égard d’une amélioration des relations entre son pays et la Turquie, donne dès maintenant des raisons d’espérer que son arrivée à la tête du gouvernement grec, ne verra pas seulement la poursuite de la bonne entente qui existe depuis 10 ans, mais aussi une réelle avancée permettant la résolution des différends de fond qui demeurent entre les deux pays.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.