Le paradoxe de l’électeur turc en Allemagne

Le leader du SPD, Frank-Walter Steinmeier, participant à un iftar dans une famille turque d’Allemagne, pendant la dernière campagne électorale.

Comme nous le disions dans un précédent article (cf. notre édition du 2 octobre 2009), au cours de la dernière campagne électorale, la communauté turque en Allemagne a été courtisée comme jamais. Nous souhaitons ici poursuivre nos commentaires (cf. nos éditions du 25 septembre et du 2 octobre 2009) sur la place et les comportements politiques qui sont ceux de cette communauté, en partant d’un sondage qui a récemment indiqué quel parti politique allemand avait les faveurs des électeurs allemands d’origine turque. Réalisé avant les élections fédérales du 27 septembre dernier, par l’Institut «Data 4u», au sein de la communauté turque en Allemagne, c’est à dire dans le groupe des citoyens turcs résidant en Allemagne et celui des citoyens allemands issus de l’immigration turque, ce sondage a révélé que 55,5% des membres de la communauté turque voteraient pour le Parti Social-Démocrate (SPD), 23,3% pour les Verts, 10,1% pour l’Union chrétienne-démocrate (CDU/CSU), 9,4% pour la Gauche («Dei Linke») et 0,9% pour le parti libéral (FDP).

Le résultat de ce sondage est donc l’inverse du résultat réel et final des élections allemandes. En ce sens, il peut paraître surprenant. Le grand perdant de ces élections, le SPD, qui n’est même pas arrivé à rallier le quart des suffrages exprimés, obtient en effet le soutien d’une majorité absolue de la communauté turque. En revanche, le grand gagnant de ces mêmes élections, le FDP (qui, en 2009, a augmenté son score de 50% par rapport à 2005) ne parvient même pas réunir un pour cent d’opinion favorable, dans le sondage effectué. Par ailleurs, la faiblesse du «score turc» des chrétien-démocrates (17,2 points de moins que le résultat réel) et la force de celui des Verts (le double du résultat réel) doivent être aussi soulignées. En fait, de manière générale, il est étonnant de voir à quel point les habitants d’origine turque en l’Allemagne votent à gauche, alors même que beaucoup d’enquêtes montrent qu’ils ont plutôt des opinions conservatrices sur nombre de sujet fondamentaux.

À vrai dire le constat du paradoxe de ce sondage est d’abord frustrant pour la CDU/CSU. Car, en fait, au sein de l’Union chrétienne-démocrate, on pense que la référence religieuse dans le sigle même du parti devrait le rendre attrayant pour les électeurs musulmans, souvent sensibles à l’existence de relations apaisées entre les cultes et l’Etat, et plutôt rassurés par les références à des valeurs traditionnelles. Pourtant, la CDU/CSU de toute évidence n’arrive pas à capitaliser, en terme de suffrages, l’atout dont elle croit pouvoir disposer en l’occurrence. Elle a donc «besoin de se rattraper», comme le disait récemment son secrétaire général, Roland Pofalla.

L’analyse de la couverture de la campagne électorale par les médias turcs en Allemagne peut permettre de mieux comprendre l’origine des problèmes que rencontrent les chrétiens-démocrates. Loin des sujets que l’on retrouve généralement dans les grands médias traditionnels et autour desquelles se forment les clivages politiques droite/gauche en Allemagne, on trouve fréquemment, dans la presse turcophone allemande, des questions pratiquement ignorées par la société majoritaire. Pour ne citer qu’un exemple, l’«Optionsmodell» donne lieu à des débats passionnés dans les journaux turcs. Rappelons qu’au terme de cette règlementation, un enfant d’immigrés venant d’un pays extérieur à l’Union européenne (UE) ne peut garder la double nationalité que jusqu’à son 18ème anniversaire. Au-delà, il doit choisir entre la nationalité allemande et celle de ses parents. Dans la communauté turque, cette obligation est souvent perçue comme un conflit de loyauté assez lourd, voire comme un obstacle inutile et cruel dressé par la société majoritaire sur le chemin de l’intégration de la communauté turque. La plupart des Allemands de souche, par contre, ignorent même qu’une telle règlementation existe. Le SPD et les Verts souhaitent abolir l’ «Optionsmodell», en légalisant la double nationalité, et ils ne cessent de défendre cette position dans les médias de langue turque en Allemagne. Face à un tel positionnement, l’Union chrétienne-démocrate n’a pas d’autre choix que de missionner à la sauvette ses quelques parlementaires d’origine turque (issus au demeurant de parlements régionaux) pour leur faire expliquer dans les médias turcophones que ce n’est pas par méchanceté qu’elle soutient l’ «Optionsmodell» et que, comme a pu le dire Bülent Arslan, président du forum turc-allemand de la CDU, «il est bien naturel d’adopter la nationalité du pays dans lequel on vit.»

Mais bien d’autres sujets encore éloignent la CDU/CSU de l’électorat d’origine turque, comme par exemple l’adhésion de la Turquie àl’UE, le règlement du regroupement familial, ou la lutte contre le terrorisme islamiste (qui amène notamment un contrôle régulier sur les mosquées). Là aussi, les partis de gauche prennent des positions favorables aux intérêts de la communauté turque, tandis que l’Union chrétienne-démocrate adopte le plus souvent le point de vue opposé. Ainsi, tout en étant au fond, dans ses valeurs, plus proche de la mentalité de beaucoup d’immigrés turcs, la CDU/CSU ne cesse de les indisposer à son égard, par les options qu’elle adopte sur toute une série de questions très concrètes.

Le nombre et le profil des candidats au Bundestag d’origine turque a été un autre thème récurent de la couverture de la campagne électorale par les médias turcophones. Les biographies et les positions politiques des six candidats ayant de réelles chances d’entrer au Bundestag ont souvent été présentées par la presse allemande turcophone, qui n’a pas hésité non plus à critiquer fortement le fait que la plupart des 33 candidats d’origine turque en lice n’avait reçu en réalité que des positions sur les listes ou des circonscriptions électorales peu prometteuses. L’intérêt réel que la communauté turque manifeste pour avoir des représentants au parlement issus de son milieu contribue donc également à expliquer l’échec de la CDU/CSU dans ce groupe et le succès des Verts. Les chrétiens démocrates ne comptent, en effet, aucun parlementaire fédéral d’origine turque. Les Verts, par contre, ont deux des cinq parlementaires d’origine turque au nouveau Bundestag et disposent surtout d’un co-président charismatique en la personne de Cem Özdemir (cf. notre édition du 17 novembre 2008). Ainsi, ils favorisent l’existence de vecteurs d’identification affective dont la communauté turque dans la République fédérale a besoin pour trouver sa place dans la vie politique allemande.

Symbole de ralliement important, Cem Özdemir fait également avancer l’orientation «pro-turque» du parti Vert. Ainsi, il a affirmé, lors d’une interview donnée récemment à Zaman, que les Verts «n’entreraient pas dans une coalition comprenant des partis qui refusent l’adhésion de la Turquie à l’UE». Il s’est révélé, par ailleurs, être un acteur politique de premier plan, lors du Congrès du Parti Vert, le 10 mai 2009, quand il a nommé l’écrivain turc Yaşar Kemal «Président d’honneur du mouvement vert global», alors même qu’un tel mouvement n’est que formel et que le leader vert allemand d’origine turque n’avait aucune compétence véritable pour procéder à une telle nomination.

Grâce à son personnel d’origine turc et à sa prise de position déterminée en faveur de l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne, le parti Vert est ainsi parvenu à devenir la deuxième force politique au sein de «l’électorat turc» en Allemagne, et ceci bien qu’on puisse penser qu’il est probablement le parti allemand dont les valeurs profondes sont les plus éloignées de celles de ce groupe. Post-moderne, mettant l’accent sur des valeurs d’épanouissement personnel plutôt que sur des valeurs traditionnelles, préoccupé par l’environnement plus que par l’emploi, le militant vert type peut paraître, à bien des égards, assez différent de l’allemand turc type, ouvrier et originaire d’Anatolie.

Il semble peu probable que ce paradoxe de l’électeur d’origine turc conservateur, mais votant plutôt à gauche, soit appelé à évoluer dans un avenir proche. La CDU/CSU ne peut abandonner ses positions à l’égard de la double nationalité ou de l’adhésion de la Turquie à l’UE, par exemple ; car elle risquerait de perdre l’appui de son aile la plus à droite. Or, tant qu’elle maintiendra de telles positions sur ces sujets concrets, elle se privera du soutien potentiel d’une grande partie de l’électorat d’origine turque. Pourtant, l’Union chrétienne-démocrate peut sans doute espérer arriver à rattraper un peu de son retard. En évitant les campagnes électorales qui instrumentalisent la xénophobie (comme cela fut le cas, en 1999, avec une campagne de signatures contre la double nationalité menée juste avant les élections régionales, dans le Hesse) ou en réussissant à avoir quelques parlementaires ou fonctionnaires d’origine turque, elle peut réussir peut-être à ravir une partie de l’électorat d’origine turque aux partis de gauche. Il y a là un enjeu qui est important pour elle, car le nombre de citoyens d’origine turque en âge de voter ne cesse d’augmenter. On comprend dès lors pourquoi Angela Merkel a pu dire à la communauté turque lors des dernière élection : « Size muhtacız » (« Nous avons besoin de vous »), et cela aussi bien en tant que chancelière qu’en tant que leader de la CDU.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.