Visite en France du Président Abdullah Gül


Le Président Abdullah Gül s’est rendu à Paris à l’occasion de la Saison de la Turquie en France. Le Chef de l’État turc est arrivé dans la capitale française, le 5 octobre au soir, pour faire le lendemain un discours à l’UNESCO et pour rencontrer, tout d’abord, le premier ministre, François Fillon, et la ministre de l’Économie, Christine Lagarde, qui revient d’Istanbul où elle se trouvait, au début de la semaine, pour participer au sommet FMI-Banque mondiale. Vendredi 9 octobre 2009, le Président turc a rencontré son homologue français pour un déjeuner de travail et pour inaugurer avec lui l’exposition «De Byzance à Istanbul : un port pour deux continents», qui est la manifestation phare de la Saison de la Turquie en France.

Lancée par le Président Chirac, la Saison en question est un legs plutôt gênant pour le Président Sarkozy, qui veut éviter qu’elle soit trop visible politiquement. Pour l’occasion, le Maire de Paris, Bertrand Delanoë, a cependant décidé que la tour Eiffel serait illuminée et parée aux couleurs nationales turques (photo). Contrairement à son prédécesseur, le président Sarkozy s’oppose, on le sait, à la candidature turque à l’Union européenne (UE), et dans un tel contexte, la visite du chef de l’État turc à Paris a donné lieu, tant côté français que côté turc, à un exercice de haute voltige diplomatique. Chacun, en effet, s’est employé à ne rien faire qui puisse mécontenter son vis-à-vis, tout en restant ferme sur ses positions.

Dans une interview donné au Figaro, juste avant son départ en France, le Président turc a néanmoins essayé de calmer les esprits, en envisageant de reporter à plus long terme l’intégration finale de son pays à l’UE, contrairement d’ailleurs à ce qu’a fait récemment Ahmet Davutoğlu, le ministre turc des affaires étrangères, qui, il y a une semaine à Bruxelles, avait affirmé haut et fort que la Turquie devait adhérer à l’UE «le plus rapidement possible». Parlant de l’adhésion de son pays, le Chef de l’Etat turc a déclaré notamment :

«Le processus est difficile à court terme, mais il est bénéfique à long terme. Le jour où nous l’aurons achevé, la Turquie sera très différente de ce qu’elle est aujourd’hui. Peut-être alors que cette Turquie surmontera les doutes des Français et d’autres. Ou peut-être les Turcs ne voudront-ils plus de l’Europe, peut-être préféreront-ils la voie choisie par la Norvège.»

Après son arrivée en France, tout en réaffirmant calmement la volonté turque d’entrer à l’UE, le Président Gül a plutôt mis l’accent sur l’atout stratégique que présente pour l’Europe l’adhésion de son pays. Insistant sur la convergence des intérêts turcs et européens sur le plan géopolitique, il a cherché à valoriser auprès de Paris, le «soft power» que serait désormais la Turquie et le rôle de médiateur qu’elle aurait acquis dans une région cruciale pour l’Europe.

Pour sa part, le côté français a redit son souhait de maintenir l’association «la plus étroite» entre la Turquie et l’UE, sans pour autant préciser ce qu’il mettait derrière ce souhait. De manière plus générale, le gouvernement français a essayé de minimiser les risques de propos équivoques aussi bien à l’adresse des Français (eux aussi majoritairement hostiles à la candidature turque), qu’à l’adresse des Turcs. Cette prudence explique que, comme a pu le dire le journal «Le Monde», «l’Elysée se soit contenté du service minimum pour accueillir du Président Gül». Ainsi le déjeuner de travail que ce dernier a partagé avec le Président Sarkozy n’a pas donné à un point de presse, ce qui est généralement le cas. Quant à l’important événement qu’a été l’ouverture de l’exposition «De Byzance à Istanbul», il faut néanmoins rappeler qu’il avait été initialement prévu pour le mois de mars, afin de lancer la saison turque en France, mais qu’il a été reporté (comme d’ailleurs le début de la Saison turque) pour ne pas intervenir au moment des dernières élections européennes. En outre, on a pu observer que lors de la visite du Président turc en France, tant le Président Sarkozy que les autres officiels français (François Fillon ou Christine Lagarde) ont préféré parler d’économie, afin d’éviter des sujets politiques prêtant plus à la polémique.

Dans ce domaine, quelques succès ont quand même été enregistrés. Le Président Sarkozy a proposé une coopération française dans le domaine nucléaire au moment où la coopération russo-turque la construction d’une première centrale ne paraît pas des plus fructueuses. Pour sa part, le Président Gül a invité les entreprises françaises à participer à la construction du gazoduc «Nabucco». On se souvient que ces dernières avaient été exclues du projet de gazoduc européen par la Turquie, en 2006, suite au vote par l’Assemblée nationale d’une proposition de loi pénalisant la négation du génocide arménien. Il faut dire que récemment EDF est entrée dans le consortium qui doit construire le gazoduc russo-italo-turc, «South Stream». Les questions économiques permettent le plus souvent de dépasser les différents politiques les plus résolus….


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.