L’accord turco-arménien et le spectre du plan Annan


Alors même que les gouvernements turc et arménien viennent de parapher, à Zurich, les deux protocoles devant permettre la normalisation de leurs relations (cf. notre édition du 11 octobre 2009), tous les observateurs s’interrogent sur la suite du processus et sur sa consolidation. Les problèmes de dernière minute, qui ont retardé cette signature, samedi, ont montré la fragilité de la relation établie, quels sont désormais les échéances et les obstacles à surmonter ?

En premier lieu, on peut s’interroger sur ce que sera la réaction de l’Azerbaïdjan. Bakou a rapidement déploré la signature de l’accord arméno-turc, en l’absence de règlement au Haut-Karabakh. La diplomatie azerbaïdjanaise a estimé que cet accord risquait d’entamer durablement sa relation fraternelle avec la Turquie. Bien que fortement préparé depuis l’été à la conclusion de l’accord du 10 octobre par la diplomatie turque, l’Azerbaïdjan peut être tenté de riposter en utilisant les cartes dont il dispose : lobbying et pressions de sa diaspora influente en Turquie ou représailles dans le domaine énergétique. Au lendemain de la signature de Zurich, Recep Tayyip Erdoğan a réaffirmé son souhait qu’une solution puisse intervenir au Haut-Karabakh pour faciliter la ratification des protocoles par le Parlement turc. Conformément à ce qu’il avait d’ailleurs récemment souhaité dans une interview (parue dans l’édition du 7 octobre du «Wall Street Journal»), les représentants des pays présidant le groupe de Minsk (la structure chargé de superviser les négociations en ce qui concerne le Haut-Karabakh) étaient présents, lors de la signature des protocoles en Suisse. Mais le règlement du conflit fossilisé Arméno-Azerbaïdjanais ne paraît pas avoir beaucoup avancé, ces derniers temps. Rappelons qu’au lendemain de la pré-signature de l’accord arméno-turc, intervenue le 31 août dernier (cf. notre édition du 1er septembre 2009), le président arménien avait insisté sur le fait que le processus engagé avec la Turquie était distinct du règlement du conflit du Haut-Karabakh et que ce dernier devrait reposer sur le principe d’autodétermination. Par la suite, lors d’un séjour en Russie, au cours du mois de septembre, Serge Sarkissian a dévoilé les conditions arménienne à une solution au Haut-Karabakh :

  1. Le Haut-Karabakh restera indépendant,
  2. Son indépendance sera reconnue,
  3. Il aura une relation garantie avec sa mère patrie l’Arménie.

Tout cela ne permet donc pas d’être très optimiste sur les chances d’aboutissement d’un accord proche avec l’Azerbaïdjan.

En second lieu, se pose bien sûr la question de savoir si le président Sarkissian se rendra au fameux match retour de football, qui doit se tenir, à Bursa, le 14 octobre prochain. Certes, on a pu observer qu’à son retour des États-Unis, le 30 septembre dernier, Ahmet Davutoğlu s’est attaché à disjoindre cette visite emblématique de la poursuite du processus, en annonçant que l’accord arméno-turc serait signé et ratifié, même si le président arménien ne venait pas en Turquie. Pourtant, une telle hypothèse constituerait, sans aucun doute, un sérieux coup porté à la crédibilité de la «diplomatie du football», et confirmerait malgré tout la fragilité du processus engagé.

En dernier lieu, on peut se demander si les ratifications par les parlements respectifs des deux Etats se dérouleront aussi facilement qu’on a bien voulu le dire. Certes, les deux gouvernements disposent chacun d’une majorité, mais celle-ci paraît plus solide en Turquie qu’en Arménie où elle n’est qu’une majorité de coalition. Dès la mi-septembre, le président arménien a lancé, des consultations pour préparer les principales forces politiques de son pays à soutenir l’accord, mais il a essuyé aussi de fortes critiques au sein de la diaspora et des manifestations d’hostilités non négligeables à Erevan même. En Turquie, l’AKP peut compter au parlement sur la majorité absolue des voix et il est probable que la ratification sera soutenue également par les députés kurdes du DTP. Toutefois, l’opposition va s’employer à mettre le premier ministre devant ses contradictions, en lui rappelant qu’il avait déclaré au printemps qu’il n’y aurait d’ouverture de la frontière que s’il y avait un règlement au Haut-Karabakh. Une exigence qui avait un temps perturbé la feuille de route établie par les deux pays en avril dernier. Plus généralement l’opposition va essayer d’accréditer l’idée que le gouvernement a cédé sur le Haut-Karabakh en endommageant gravement au passage les relations turco-azerbaïdjanaises, sans rien n’obtenir de concret en retour, en bref qu’il a tourné le dos, là comme dans son projet d’ouverture kurde, aux intérêts de la Turquie. Mais il est peu probable que ce genre d’argumentation parvienne à retourner l’opinion de l’Assemblée.

Ce que redoute, toutefois, un certain nombre d’observateurs, c’est la réédition pour le rapprochement turco-arménien du scénario de l’échec du plan Annan pour Chypre. En 2004, en effet, les Chypriotes grecs avaient finalement rejeté le plan de l’ex-secrétaire général des Nations Unies qui tentait d’apporter une solution à la question chypriote tandis que les Chypriotes turcs l’avaient au contraire accepté. Il est donc probable que les adversaires des protocoles signés avec l’Arménie, agiteront en Turquie, le spectre du plan Annan, pour montrer que l’esprit d’ouverture ne paie pas et qu’il vaut mieux s’en tenir aux bonnes vieilles certitudes nationalistes d’antan.

Il ne faut pas oublier, cependant, que le processus engagé samedi dispose de deux atouts importants. Au sein des opinions publiques des deux pays, tout d’abord, un soutien significatif à l’ouverture de la frontière et à l’établissement de relations diplomatiques a été observé au cours des dernières années (notamment par les sondages). Par ailleurs l’accord signé samedi a obtenu l’approbation presque unanime de la communauté internationale. Cela devrait aussi peser d’un certain poids dans la balance.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.