Le dérapage verbal de Thilo Sarrazin

L’Allemagne s’irrite des propos racistes tenus par Thilo Sarrazin, membre du directoire de la banque centrale fédérale allemande (Bundesbank) et ancien sénateur des finances de la Ville-Land de Berlin, dans une interview récente donnée au magazine «La Lettre Internationale». Parlant, en effet, de la communauté turque berlinoise,

Thilo Sarrazin a estimé que sa contribution à l’économie de Berlin se bornait à «la vente de fruits et légumes» et qu’on ne devait pas se sentir obligé «d’avoir du respect à l’égard de gens qui vivent des allocations d’un Etat qu’ils rejettent, qui ne s’occupent pas suffisamment de la formation de leurs enfants et qui n’arrêtent pas de produire des petites filles voilées». Thilo Sarazin a terminé en disant que les Turcs étaient en train de «conquérir l’Allemagne de la même façon que les Kosovares avaient conquis le Kosovo : en particulier grâce à un taux de fécondité plus élevé».

Les propos de Thilo Sarrazin sont intervenus précisément au moment où le Président de la Bundesbank, Axel Weber, s’apprêtait à participer à la conférence annuelle FMI-Banque mondiale, qui s’est déroulée à Istanbul, au début du mois d’octobre. Axel Weber a donc demandé à Thilo Sarrazin de démissionner de son poste, en estimant qu’il avait porté atteinte à la réputation et à la crédibilité de la Bundesbank, dont, selon lui tous les collaborateurs, du portier jusqu’au membre du directoire, doivent se sentir responsables“.

Nombre de parlementaires allemands ont soutenu la position du Président de la Bundesbank. Vural Öger, député européen du SPD, a qualifié les propos de Thilo Sarrazin de «dégoûtants» et espéré qu’ils «ne resteront pas sans conséquences». Les manchettes des éditions allemandes des grands journaux turcs ont sévèrement commenté le dérapage verbal du responsable financier allemand : «Sarrazin parle comme le parti néo-nazi NPD (Milliyet) ; « Sarrazin insulte les immigrés » (Zaman) ; « Même sa propre banque a eu honte de lui ! » (Sabah) ; « Quelle impudence ! » (Türkiye).

Thilo Sarrazin, qui est membre du SPD, est connu pour son goût de la provocation. Mais il semble que, cette fois, il soit allé trop loin et qu’une procédure d’exclusion sera engagée contre lui par son parti. D’ailleurs, le parquet de la Ville-Land de Berlin a fait savoir qu’il allait examiner si la teneur de ses propos «avait excédé les limites de la liberté d’expression». Quant à son siège au directoire de la Bundesbank, il est probable qu’il sera difficile d’en expulser Thilo Sarrazin, car si le statut d’indépendance de la banque fédérale prévoie bien un processus d’exclusion, il est particulièrement difficile à mettre en œuvre.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.