Georges Papandréou effectue son premier déplacement en Turquie

Le nouveau Premier ministre grec, Georges Papandréou, a effectué son premier déplacement à l’étranger, en Turquie. Le 9 octobre 2009, il s’est, en effet, rendu en personne, à Istanbul, pour participer à la rencontre informelle des ministres des affaires étrangères de la coopération inter-balkanique. Arrivant à l’aéroport Atatürk d’Istanbul, Georges Papandréou a été accueilli par le ministre des affaires étrangères turc, Ahmet Davutoğlu. Puis, il est allé se recueillir sur la tombe de l’un des prédécesseurs de celui-ci, İsmail Cem, avec lequel il avait entretenu une amitié étroite au moment notamment du lancement, il y a dix ans, du processus de rapprochement gréco-turc. Souhaitant illustrer la paix entre les peuples grec et turc, Georges Papandréou a déposé, sur la tombe de son ami, la branche d’un olivier qu’il avait planté avec lui en Grèce. Le chef du gouvernement grec a également rencontré son homologue turc, Recep Tayyip Erdoğan, ainsi que le patriarche œcuménique, Bartholoméos Ier. Devant le patriarcat grec orthodoxe, Georges Papandréou a tenu à s’adresser directement et personnellement au peuple turc. Rappelant son engagement passé pour l’amélioration des relations entre la Grèce et la Turquie, il a promis que, revenu aux affaires au plus haut niveau, il allait consacrer tous ses efforts au règlement des différends qui perdurent entre les deux pays.

Cette visite du Premier ministre grec en Turquie a néanmoins surpris, car, pendant la campagne électorale, le candidat Papandréou avait promis que la destination de son premier voyage, s’il remportait les élections, serait la République de Chypre. Sa visite à Istanbul n’a pas cependant revêtu un caractère officiel ; dés lors, on peut penser que Papandréou pourra quand même tenir la promesse qu’il a faite aux Chypriotes grecs. Pour le reste, son séjour à Istanbul a eu un écho très favorable dans les presses grecque et turque.

Que son premier voyage après les élections ait été fait en Turquie montre la détermination du Premier ministre grec d’aborder le différend gréco-turc au-delà des faux semblants. La popularité qu’il a conservé en Turquie pourra sans doute l’y aider. Elle lui permet de jouir dans ce pays du statut d’ami sincère (« harbi dost »), ce qui sera un atout politique important s’il a réellement l’intention de s’attaquer aux problèmes de fond qui continuent d’opposer la Grèce et la Turquie. Le message qu’il a adressé au peuple turc, vendredi dernier, semble indiquer qu’il est bien conscient des responsabilités qui sont désormais les siennes.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.