Crise en Turquie : l’armée entre en lice

armée en lice1Tout se complique ! L’affaire de corruption, qui a frappé le gouvernement le 17 décembre dernier, a conduit à un important remaniement ministériel après la démission de 3 ministres. Avant même que cette restructuration politique intervienne, le gouvernement a commencé à endiguer la vague d’arrestations qui frappait son entourage, en reprenant le contrôle de la police. L’épuration rapide du commandement ce celle-ci s’est accompagnée d’une directive lui prescrivant de ne pas procéder à de nouvelles arrestations sans autorisation. Cette première contre-offensive a permis d’empêcher une nouvelle vague d’arrestations qui aurait peut-être touché d’autres proches des dirigeants du parti au pouvoir, en particulier le fils du premier ministre en personne (cf. nos éditions des 18 décembre 201326 décembre 201327 décembre 201328 décembre 2013 et 31 décembre 2013).

Le gouvernement sonne la charge contre les procureurs

Loin de se satisfaire de ces premiers acquis, le gouvernement a semblé décidé, ces derniers jours,  à poursuivre sa contre-attaque. Parlant de sa ville natale de Yozgat, le nouveau ministre de la justice Bekir Bozdağ (photo à droite) a affirmé, le 29 décembre,armée en lice2 qu’il pourrait engager une procédure afin de réviser les décisions de certains procès qui ont abouti, selon lui, à la condamnation «injuste» de militaires (comprendre les grands procès contre l’armée comme Ergenekon ou Balyoz), évoquant les manœuvres d’un groupe infiltré au sein de la justice (comprendre la confrérie Gülen). Cette annonce inattendue a paru d’abord d’autant plus surréaliste qu’elle a été démentie le lendemain par le porte-parole du gouvernement, Bülent Arınç. Toutefois, elle a suscité chez les spécialistes une interrogation teintée de machiavélisme qu’ils n’ont osée avancer que du bout des lèvres, tant elle paraissait issue du scénario d’un roman d’espionnage : et si l’AKP en blanchissant les militaires et en dénonçant les grands procès ne cherchait pas à reprendre pied en inversant ses alliances ? Et si l’AKP, victime aujourd’hui des mêmes méthodes qui ont mis l’armée à genoux, au cours des années écoulées, se mettait à tendre la main à ses adversaires de naguère pour résister aux procureurs ?

L’impensable inversement des alliances en train de se réaliser ?

Ce scénario incroyable peut-il se réaliser ? L’état-major vient de demander, en effet, qu’une enquête soit ouverte contre un «complot» qui aurait conduit à des verdicts frappant injustement de nombreux militaires armée en lice3de haut rang. Les termes de la plainte déposée par l’état-major tendent notamment à dénoncer les relations suspectes qui auraient existé entre certains magistrats et le fameux imam en exil volontaire aux Etats-Unis. L’état-major parle notamment «de preuves fabriquées et instrumentalisées par des juges», qui auraient sciemment ignoré des moyens de la défense. Cette plainte déposée le 27 décembre dernier a été révélée, le 2 janvier seulement. Pourtant, le 24 décembre, quelques jours avant son dépôt, l’un des principaux conseillers de Recep Tayyip Erdoğan, Yalçın Akdoğan (photo à gauche), avait évoqué, dans les colonnes du quotidien Star, un possible coup monté contre l’armée, à l’occasion des grands procès. C’est cette affirmation d’un proche du premier ministre qui aurait amené les avocats des militaires condamnés à demander à l’état-major d’engager une action en justice. Peu après, le 29 décembre dernier, l’ancien ministre de la justice et actuellement vice-président de l’AKP, Mehmet Ali Şahin, est allé encore plus loin, en dénonçant l’existence de liens directs entre un juge en vue et Fethullah Gülen en personne ; une accusation que ce dernier a démentie en la qualifiant de diffamatoire. Pour sa part, le 3 janvier, s’exprimant devant des journalistes à Ankara et commentant la plainte déposée par l’état-major, le porte-parole du gouvernement Bülent Arınç s’est empressé de démentir l’hypothèse d’une amnistie générale à l’égard des militaires condamnés. Il a également critiqué les propos tenus récemment par Yalçın Akdoğan évoquant un « complot » contre l’armée. Il semble donc que le renversement d’alliance, suggéré par l’évocation d’une révision des grands procès instruits contre l’armée, ne soit pas acquis. Mais les propos dispersés et contradictoires, tenus par un certain nombre de responsables officiels, montrent bien qu’il  y a, au sein du parti majoritaire, des approches différentes de la crise à laquelle le gouvernement est confronté et de la façon d’en sortir.

Un face à face de longue date du gouvernement et des procureurs

En tout cas, le gouvernement qui a annoncé une possible réforme du HSYK (Hakimler ve Savcilar Yüksek Kurulu – Haut conseil des juges et de procureurs) semble décidé à pousser la justice dans ses derniers retranchements, en dénonçant la partialité de certains juges, qui seraient proches de la confrérie Gülen. Les désaccords entre le gouvernement et les procureurs, qui lui ont permis de saper progressivement l’influence de l’armée et de l’establishment laïque depuis 2007, ne datent pourtant pas d’hier…

Au printemps 2011, à l’issue de l’arrestation, dans le cadre de l’enquête Ergenekon, de deux journalistes dont l’un enquêtait notamment sur la confrérie Gülen, le gouvernement soucieux, semble-t-il, de rétablir son image, avait dessaisi de l’affaire le procureur Zekerya Öz, réputé proche de la Cemaat (cf. notre édition du 2 avril 2011). En février 2012, laarmée en lice4 tentative, par un procureur réputé proche lui aussi de la confrérie, Sadettin Sarıkaya, de faire inculper des agents des services de renseignement turcs (le MİT) ayant participé aux négociations secrètes entre le PKK et le gouvernement, menées à Oslo l’année précédente («processus d’Oslo»), était apparue comme la preuve de l’existence d’un conflit entre certains secteurs de la justice et de la police, d’un côté, et les service de renseignement contrôlés par Recep Tayyip Erdoğan, de l’autre (cf. notre édition du 24 février 2012). Il est à cet égard intéressant d’observer qu’après un bras de fer avec le gouvernement, le procureur Sarıkaya avait été dessaisi de l’affaire et que des mutations suspectes avaient été observées au sein des forces de police qui avaient osé arrêter des agents du  MİT. C‘est d’ailleurs le chef de la police d’Istanbul, Hüseyin Çapkın, limogé après les arrestations du 17 décembre dernier, qui avait démenti que ces mutations puissent avoir un lien avec l’affaire en cours. Par la suite, au cours de l’année 2013, en particulier, lors de l’achèvement des grands procès, Ergenekon ou Balyoz, et des lourdes condamnations par lesquels ils devaient se solder, on a senti que le gouvernement et une partie de la justice n’étaient plus tout à fait sur la même longueur d’ondes, certains magistrats continuant à instruire sans relâche de nouvelles affaires contre des militaires, le gouvernement se montrant plus enclin à la clémence envers une institution mise au pas qu’il fallait désormais ménager.

L’Etat, cœur des affrontements pour la détention du pouvoir

Après sa seconde victoire aux législatives de 2007 et sa conquête de la présidence de la République, c’est très largement armée en lice5en parvenant arracher le contrôle de la justice à l’establishment kémaliste pour la retourner contre lui que l’AKP a réussi à assurer sa suprématie. Mais manifestement, depuis 3 ans, cette machine de guerre judiciaire, a progressivement échappé au contrôle du parti au pouvoir. Est-elle devenue réellement indépendante, est-elle tombée sous d’autres influences ? Toujours est-il que le gouvernement, qui avait senti passer le souffle du boulet à plusieurs reprises (notamment à l’occasion de l’affaire du MİT dont nous parlions précédemment), a découvert l’ampleur de la menace qui pèse désormais contre lui, le 17 décembre dernier, lorsque s’est abattu sur son entourage un typhon judiciaire dévastateur qui n’était pas sans rappeler les moments les plus spectaculaires d’Ergenekon ou de Balyoz.

La guerre, qui semble aujourd’hui latente entre plusieurs instances officielles, n’a en outre rien d’étonnant, si l’on se souvient que, depuis une dizaine d’années, l’AKP domine une vie politique devenue sans saveur parce que l’alternance politique y est désormais difficile. Avant 2010, les conflits politiques les plus importants se sont en fait déroulés, non dans l’arène politique partisane et électorale traditionnelle, mais au sein même de l’Etat, entre l’AKP et l’establishment politico-militaire kémaliste qui défendait alors ses positions dans l’armée et la justice. Pourtant, ces dernières instances ayant été domestiquées, notamment par les grands procès et par la révision constitutionnelle de 2010, d’autres conflits au sein de l’Etat, auxquels nous assistons actuellement, se sont substitués aux anciennes confrontations. Et comme chacun sait, dans ce pays, la profondeur de l’Etat et ce qui s’y déroule réservent bien souvent des surprises.

JM

 


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Duygu Tasalp dit :

    Une profondeur sans fond…
    Merci beaucoup M.Marcou pour cet article très éclairant.

  1. 3 janvier 2014

    […] le feuilleton politico judiciaire est loin d'être […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *