L’esquisse du rapprochement AKP-CHP sur l’ouverture kurde tourne au dialogue de sourds


On a peut-être, un peu vite, pris pour argent comptant le changement de position du CHP sur l’ouverture kurde du gouvernement. En effet, vendredi 16 octobre 2009, Deniz Baykal a redit qu’il n’accepterait de rencontrer Recip Tayyip Erdoğan pour évoquer la question kurde que si leur réunion était intégralement enregistrée par des cameras vidéo. Ce que le leader du CHP a présenté comme un désir de transparence n’a pourtant pas été accepté par le premier ministre.

Dans une affaire, qui tourne de plus à en plus au dialogue de sourds, quelles sont les positions en présence ? Le leader kémaliste entend montrer que la concession qu’il a faite sur la question kurde n’est en rien une manœuvre politicienne opaque et souhaite aussi critiquer devant l’opinion certains éléments de la stratégie gouvernementale en la matière. Le leader de l’AKP rejette cette exigence d’enregistrement vidéo parce que son projet kurde n’est pas encore rendu public, et souligne en outre que certains des aspects de ce dernier ne peuvent être débattus en public.

Depuis le 7 octobre dernier, le CHP a nuancé son opposition à l’ouverture kurde lancée par le gouvernement en juillet dernier. Deniz Baykal a assorti néanmoins un éventuel soutien de son parti aux projets gouvernementaux en cours d’une série de conditions de fond : ne pas permettre une éducation en kurde, ne pas porter atteinte à la structure unitaire de l’Etat, ne pas amnistier Abdullah Öcalan. Le lendemain, Recep Tayyip Erdoğan a répondu par lettre au leader du CHP pour lui dire qu’il souhaitait le consensus sur le règlement de la question kurde et donc l’appui du CHP.

Toutefois, le 13 octobre 2009, en prononçant leurs traditionnels discours hebdomadaires devant leurs groupes parlementaires respectifs, les deux leaders ont montré qu’il y avait loin de la coupe aux lèvres et que la convergences des deux formations rivales sur la question kurde était encore à négocier. Commentant sa décision de dialoguer avec l’AKP sur l’ouverture kurde, Deniz Baykal a annoncé qu’il souhaitait un débat public avec le premier ministre. Ce dernier s’est réjoui du changement de position du CHP, mais a critiqué certains passages de la lettre que lui a adressée Deniz Baykal, en particulier, celui qui fait référence à la fameuse rencontre confidentielle qu’a eue, en juin 2007, le leader de l’AKP à propos de la question kurde avec le général Yaşar Büyükanıt, qui était alors chef d’état major de l’armée turque.

Cette nouvelle polémique, qui apparaît comme une tempête dans un verre d’eau, révèle en réalité les difficultés de positionnement du CHP par rapport à l’ouverture kurde du gouvernement. En tentant de monter dans le train en marche, le parti kémaliste ne souhaite pas non plus donner l’impression qu’il a retourné sa veste et qu’il se couche. Dès lors, comme s’il était en position de force, le voilà qui pose des conditions, instruit des procès et essaye de faire monter le coût d’un soutien qu’il s’apprête à concéder.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.