L’armée turque mise en accusation


Le retour, à la une de l’actualité, de l’affaire du «plan d’action pour combattre la réaction» révélée par le quotidien «Taraf», en juin dernier, constitue sans aucun doute un événement de toute première importance qui peut remettre en cause la place particulière que l’armée continue à occuper dans le système politique turc, pour ne pas dire plus crûment aboutir à renvoyer cette dernière définitivement dans ses casernes !

Rappelons que cette affaire, à laquelle nous avions consacré plusieurs articles dans le Blog de l’OVIPOT (cf. nos éditions des 16 et 17 juin 2009), a commencé avec la mise à jour par «Taraf», le 12 juin 2009, d’un document intitulé «plan d’action pour combattre la réaction», qui aurait été soumis à l’état major, en avril 2009. Ce plan aurait consisté à discréditer le gouvernement de l’AKP ainsi que le mouvement de Fetullah Gülen, tout en organisant la défense des militaires impliqués dans l’affaire «Ergenekon». Dès le 15 juin, un procureur militaire avait mis en cause l’authenticité de ce document que la justice militaire avait dénoncé comme un faux. Cela avait conduit, lors d’une conférence de presse le 26 juin 2009, le chef d’état major, flanqué de tous ses adjoints, à défendre solennellement l’institution militaire, et à conclure que la Turquie avait perdu beaucoup de temps et dépensé beaucoup d’argent pour un document qui n’était, selon lui, «qu’un bout de papier». Au même moment, alors qu’une polémique sur le bien-fondé des immixtions politiques de l’armée faisait rage, le Parlement avait voté plusieurs amendements destinés à réduire les compétences de la justice militaire et à soumettre les militaires à la justice civile. Le 30 juin, l’un des principaux militaires mis en cause dans cette affaire, le Colonel Dursun Çiçek avait été arrêté avant d’être relâché peu après. Ces multiples rebondissements avaient profondément détérioré les relations entre le gouvernement et l’armée, celle-ci estimant que les amendements votés par le Parlement pour mettre fin à l’immunité juridictionnelle des militaires étaient contraires à la Constitution. Le président Gül et des responsables politiques étaient alors intervenus à plusieurs reprises pour rassurer les militaires. Et, peu à peu, de nouveaux dossiers chauds, en particulier celui de l’ouverture démocratique lancée pour résoudre la question kurde, avaient fini par supplanter, au premier rang de l’agenda politique turc, l’affaire du «plan d’action pour combattre la réaction».

Or, suite à de nouvelles révélations qui tendent à accréditer son authenticité, ce plan est ressorti de la pénombre dans laquelle il avait sombré. Dès lors, les attaques de la presse contre l’armée ont repris de plus belle. Alors qu’il est en déplacement au Pakistan, le premier ministre, Recep Tayyip Erdoğan, a annoncé qu’il s’entretiendrait avec le chef d’état major à son retour, tandis que ce dernier choisissait pour l’instant de garder le silence.

Les nouvelles révélations mettent en cause des militaires de rang supérieur, mais tous les regards sont désormais tournés vers Ilker Başbuğ. Car si ce dernier n’ordonne pas une nouvelle enquête et ne prend pas des mesures pour punir les auteurs du document, il court le risque de voir les autorités civiles le faire et à sa place. Évoquant son implication directe ou indirecte dans le plan en question, certains en viennent même à envisager l’hypothèse de la révocation du chef d’état major. Si un tel scénario devait intervenir, c’est la logique même sur laquelle a fonctionné le système politique turc jusqu’à présent qui serait remise en cause, parce que le pouvoir civil prendrait définitivement le pas sur l’autorité militaire dans un pays où celle-ci continue de lui échapper en partie. Certes, au cours des dernières années l’armée a perdu une partie de ses prérogatives et de son droit de regard sur la conduite des affaires du pays, mais elle a conservé ses moyens immenses et surtout une forme d’autonomie organique qui fait encore aujourd’hui la spécificité du système turc. Par exemple, la nomination du chef d’état major et de ses adjoints échappe toujours dans les faits au pouvoir politique. Ainsi, on sait qu’en acceptant de nommer Ilker Başbuğ, en août 2008, le président Abdullah Gül n’a fait que ratifier le choix qui était celui de l’armée elle-même.

On a pu relever ces dernières semaines la faiblesse de l’armée. Elle a fait profil bas face à l’ouverture démocratique visant à résoudre la question kurde et, pour la première fois depuis 2007, ses plus hautes autorités (y compris le chef d’état major) ont assisté à la cérémonie d’ouverture de la session parlementaire et au discours qu’y prononce traditionnellement le président de la République. De façon significative, le député Ufuk Uras a déposé, à la fin du mois de septembre, une plainte contre une déclaration du chef d’état major évoquant l’initiative kurde du gouvernement au motif que celle-ci constituait une immixtion militaire illégale dans les affaires politiques. Depuis deux ans, force est de constater que le rôle politique de l’armée est systématiquement mis en accusation, non seulement dans la presse mais aussi dans des prétoires ! Si la présente crise devait voir le pouvoir politique révoquer un chef d’état major pour en nommer un nouveau, cela signifierait que l’armée a définitivement perdu le bras de fer qui l’oppose au gouvernement.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *